FESTIC 2020 : La communauté Yarga à l’honneur

Ouagadougou abritera du 12 au 18 décembre prochain  la 3ème édition du Festival des identités culturelles (FESTIC), organisé par le Cinéma numérique ambulant (CNA). Le programme a été déroulé par les organisateurs lors d’une conférence de presse tenue le 04 décembre 2020 à Ouagadougou.

Selon les conférenciers, le FESTIC va permettre de découvrir les cultures de différentes communautés

Placée sous le patronage du ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango et sous le parrainage de Me Fréderic Titinga Paceré, avocat, homme de lettre et de culture, chef de Manèga, la 3ème édition du FESTIC se tiendra du 12 au 18 décembre 2020 sous le thème « l’histoire de l’identité monétaire africaine ». À travers ce thème, les organisateurs veulent faire l’historique des monnaies dites coloniales depuis l’avènement de la colonisation, de leur évolution, du sens des récentes constations et des difficultés à battre des monnaies africaines. Pour cette édition, ce sont les Yarsés (pluriel de Yarga), communautés de colporteurs, qui seront à l’honneur. Cela, à travers deux activités que sont une rencontre d’échanges avec le parrain et la nuit de la Résistance. Ces activités selon Wendlassida Ouédraogo, promoteur du festival, permettront d’aller à la rencontre de cette communauté, son origine, les différentes ramifications, son rôle dans la société. FESTIC, c’est aussi un festival de récompenses. Ainsi, le festival va décerner 04 prix officiels à savoir, la meilleure fiction (long métrage), le meilleur documentaire (long métrage), le prix du public et le prix spécial du jury. L’innovation majeure, selon l’initiateur, est le lancement du cycle les communautés à l’honneur et le marché sans monnaie. « Les échanges n’ont pas toujours été monnayées de par le passé. Il y a eu le troc qui a maintenu des sociétés pendant longtemps. Au cours d’une journée, nous allons demander à tous ceux qui ont des objets qui ne leur servent plus mais qui trainent chez eux, de les ramener sur la place. Ces objets pourront intéresser d’autres personnes et inversement d’autres objets d’autres personnes pourraient l’intéresser », a confié Wendlassida Ouédraogo. Débuté en 2018, le FESTIC a pour but de promouvoir des films qui font découvrir des identités culturelles particulières, en relation avec l’Afrique et ses diasporas. Il s’inspire de l’expérience de la pratique du Cinéma numérique ambulant (CNA) en tant que structure de diffusion des cinémas d’Afrique en milieu rural africain.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
venenatis, ipsum risus. tristique accumsan lectus ut sem,