«Festival Dédougou chez nous» : Le rendez-vous culturel filles et fils du Mouhoun

Du 17 au 20 décembre, Dédougou a vibré au son de la 2ème édition du  « Festival Dédougou Chez Nous ».  Pendant 4 jours, plus de 5000 festivaliers ont eu droit à des prestations d’une pléiade de musiciens. Les prestations de masques en fibres et en tissus ont été la grande particularité de cette édition.

Une prestation de masques en fibre lors à la cérémonie d’ouverture

Dédougou, à l’origine « Dèdou » qui signifie une chose suffisante et un lieu d’abondance en bawmu, est  fondée par Koé. Aujourd’hui ville cosmopolite au regard de la diversité d’ethnies qui y résident, est culturellement riche à travers plusieurs évènements. C’est dans cet esprit que le « Festival Dédougou chez nous » a été initié pour  promouvoir et faire connaitre Dédougou au-delà des frontières du Burkina. Deuxième du genre, ce festival prévu pour se tenir du 10 au 13 décembre,  a finalement  eu lieu du 17 au 20 décembre compte tenu d’un certain nombre de difficultés.  Avec comme slogan « main dans la main pour un Dédougou uni ». Cette activité selon le promoteur Casimir Yé, vise à réunir les fils et filles de Dédougou pour construire la ville. Le « Festival Dédougou chez nous » a mobilisé plus de 5000 festivaliers. Environ une quarantaine artistes musiciens venus de Dédougou et d’ailleurs, ont donné un éclat particulier à l’évènement à travers des prestations play-back et live. Les festivaliers ont eu droit également à des prestations de masques en fibre et en tissu. « L’une des  particularités, est que nous sommes restés sur l’émergence, sur le local au niveau des prestations en valorisant les artistes de chez nous », a indiqué le président du comité d’organisation, Souleymane Zéba. La difficulté majeure à cette demeure le manque de partenaires pour accompagner l’évènement. Mais à en croire M. Zéba, cela n’a pas entaché la bonne tenue de cette 2ème  édition.

Le promoteur du « Festival Dédougou chez nous » Casimir Yé à gauche, au milieu le parrain Oumar Konaté et Sa majesté le Massa de Dédougou (bonnet rouge) parrain spirituel du festival, à la cérémonie d’ouverture

 « Aujourd’hui, Dédougou est devenue une grande ville et qui dit grande ville, dit activités sportives, manifestations socioculturelles, comme les différents festivals que vous voyez. Cela participe à rendre la vie plus agréable », a souligné Oumar Konaté, parrain de la première de la 2ème édition. Les organisateurs ont donné rendez-vous aux festivaliers en 2021 pour la 3ème édition.

Arnaud Lassina LOUGUE

Correspondant

Fermer le menu
luctus id ut ut justo ut