Film Naatabaya : L’argent ne fait pas le bonheur

Le réalisateur Yacouba Napon alias MCZ a présenté son film Naatabaya (l’argent ou l’amour) aux cinéphiles de Bobo-Dioulasso, ce jeudi 1er  avril 2021 à la maison de la culture Mgr Anselme Titanma Sanon. C’était en présence du directeur de cabinet du maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Sidi Sanogo représentant le maire Bourahima Sanou.

Yacouba Napon, réalisateur du film Naatabaya (l’argent ou l’amour)

Naataba (l’argent ou l’amour) le tout dernier film du réalisateur Yacouba Napon alias MCZ est désormais connu des cinéphiles bobolais. Un film entièrement réalisé à Bobo-Dioulasso et uniquement avec des acteurs bobolais. Ce long métrage de fixion retrace les péripéties d’une relation amoureuse entre une jeune fille appelée Mimi autrefois fidèle et intègre envers son fiancé sans emploi, Simplice. Lequel devient plus tard cupide par la force de l’influence négative de sa copine. Selon le réalisateur Yacouba Napon, «l’histoire parle des opportunistes. Nous mettons au cœur la morale de dire que tu peux aimer quelqu’un, mais patientes. Peut-être que dans l’avenir il sera bien, mais les gens sont trop pressés. C’est une leçon de vie, je suis sûr que beaucoup d’entre nous vivent ces choses. C’est pour amener aussi la jeunesse à s’éveiller en conscience. Il faut prendre la vie du bon côté. Chacun a son temps, le moment de Dieu est là et le moment de chacun est là», conseille-t-il.

Sidi Sanogo, représentant le maire de la commune de Bobo-Dioulasso

L’objectif du réalisateur est de contribuer d’une part à relancer le cinéma bobolais, et d’autre part permettre à Bobo de répondre de son nom de ville culturelle du Burkina. Toute chose que le représentant du maire de la commune, Sidi Sanogo salue à sa juste valeur. «C’est un domaine culturel, mais plein de morale. Nous avons franchement apprécié, voilà pourquoi je voulais leur dire félicitation au nom du maire de la commune et beaucoup d’encouragements pour la suite du film», dit-il. Cette première partie du film Naatabaya (l’argent ou l’amour) est aussi bien appréciée des cinéphiles bobolais. Pour Lassina Sawadogo, «ce que j’ai aimé dans le film, c’est la correction que Simplice a donnée à Mimi qui a suivi le milliardaire à cause de son argent en oubliant son amour». La seconde partie du film, c’est pour bientôt selon le réalisateur.

Casimir Seyram KAVEGUE

Fermer le menu
libero. dictum Sed eleifend felis facilisis accumsan tempus elementum ut