Justin Compaoré, président du groupe Parlementaire UPC : « On veut nous forcer à isoler une recommandation »

Réunis au siège de leur parti, le vendredi 17 juillet 2020, les députés du groupe parlementaire UPC ont animé un point de presse. Les échanges avec les hommes de médias ont porté sur le bilan à mi-parcours des activités annuelles parlementaires et sur le rapport transmis au président du Faso. 

« Pour nous, il n’est pas question de lenga », affirme le président du groupe parlementaire UPC

Les députes du groupe parlementaire UPC ont fait le bilan à mi-parcours de leur participation, aux activités annuelles de l’Assemblée nationale. Il faut noter que depuis le début de l’année 2020, c’est un bureau de six membres conduit par Justin Compaoré président du groupe parlementaire UPC. Ce dernier note qu’au cours des six derniers mois, le groupe parlementaire a organisé une session extraordinaire qui a permis aux députés de statuer sur  la loi  portant prorogation de l’Etat d’urgence, la loi portant institution de volontaires pour la défense de la patrie,  la loi portant fixation de quota et modalité de positionnement des candidatures ou des candidats aux élections législatives et municipales au Burkina Faso et la loi portant modification de la loi N°014-2001 AN du 3 juillet 2001, portant code électoral. Le groupe parlementaire UPC a donné son quitus pour la mise en œuvre de ces projets. L’Assemblée nationale a, au cours de cette période pris deux résolutions. La première porte sur la création d’une commission d’enquête sur le système de téléphonie mobile au Burkina Faso et la deuxième sur la création d’une commission d’enquête sur le système de la promotion immobilière au Burkina Faso. Cette session extraordinaire a été marquée par des rapports de missions d’enquêtes et d’informations parlementaires sur le rapport de la mission relative à l’Etat d’exécution de la loi N°055-2017 du 14 décembre 2017 portant loi de programmation militaire quinquennale 2018-2022. Elle a porté aussi sur la restitution du rapport sur les sorties de la délégation parlementaire dans les cinq régions du pays que sont la Boucle du Mouhoun, le Centre-Nord, le Sahel, le Nord et l’Est. Selon Justin Compaoré « on n’a tendance à extirper une seule recommandation de ce rapport ». « Nous avons été associé au mission, nous avons participé aux travaux. Mais on veut nous forcer à isoler une seule recommandation ». Cette recommandation porte sur la prorogation du mandat des députés. Justin Compaoré a rassuré les militants et sympathisants de l’UPC et l’opinion nationale, qu’il est clair dans leur esprit que les recommandations formulées dans le rapport sont issues des propositions  des forces  vives des zones visitées.  Le contenu devrait être obligatoirement soumis à l’appréciation préalable du président du Faso et à celle de l’ensemble de la classe politique. 

Firmin OUATTARA

Fermer le menu
venenatis Phasellus leo elit. porta. Praesent ut eleifend adipiscing