Lutte contre les terroristes : Entre négocier et ne pas négocier, pourvue que l’on arrête de nous tuer

La lutte contre l’insécurité est le principal cheval de bataille des candidats aspirant à la magistrature suprême pour les cinq prochaines années. Cependant, les candidats ne veulent pas tous user des mêmes moyens pour la lutte. Du coup, l’on se retrouve avec deux camps qui s’opposent. Le premier étant celui de ceux qui pensent que la guerre contre les terroristes ne pourrait se résoudre sans une négociation et un dialogue avec les terroristes. Dans ce camp, se retrouvent le candidat du Congrès pour démocratie et le progrès Eddie Komboïgo, Zéphyrin Diabré de l’Union pour le progrès et le changement et Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement. Ils sont tous unanimes que pour arrêter le massacre de pauvres innocents, il faut aller à la table des négociations

Dans le deuxième camp, il y a ceux qui ont dirigé le pays pendant les cinq dernières années (en rappel c’est sous leur règne que le pays des hommes intègres à commencer à être la cible d’attaques terroristes) qui disent qu’une fois réélus, ils continueront la lutte. Mais, jamais ils ne négocieront avec les terroristes. Selon Roch Marc Christian Kaboré, candidat du Mouvement du peuple pour le progrès à la course pour un second mandat à la tête de l’exécutif, pour négocier avec les terroristes il faut les connaître. Et que lui ne les connaît pas, donc il ne négociera point avec eux.

Du coup les questions que l’on peut se poser sont multiples. Le président Roch Kaboré qui a prêté serment en fin d’année 2015 de protéger la vie des populations et de garantir l’intégrité du territoire burkinabé, ignore-t-il cinq ans après, ceux qui endeuillent presqu’au quotidien le peuple Burkinabé ? Puisque depuis le début de son mandat, le peuple burkinabé est massacré, (plusieurs centaines de morts et plus d’un million de déplacés internes enregistrés). Ou alors, les services de renseignement des forces de défense et de sécurité sont-elles incapables de savoir qui sont ceux qui versent le sang d’innocentes populations ? Alors, qu’elle sera la véritable stratégie de lutte du candidat Roch Kabore une fois réélu ? Sachant que nos forces de défense et de sécurités ne disposent que de moyens limités.

Quoi qu’il en soit, le futur président du Faso pour les cinq prochaines années, devrait établir un plan de guerre véritable pour mettre fin aux tueries barbares qui endeuillent le pays des hommes intègres.

Aymeric KANI 

Fermer le menu
id, diam quis, libero vel, ut