14 juillet à Bobo-Dioulasso : Des pluies et des récoltes abondantes

Comme chaque année, les Bobolais ont fêté le 14 juillet, fête de l’indépendance de la République de France. Par anticipation le 11 juillet à l’Institut français de Bobo-Dioulasso (IF).

Maladie à Coronavirus oblige, la fête du 14-Juillet à Bobo-Dioulasso a été réduite. Une soixantaine d’invités y ont pris part autour de l’ambassadeur Luc Hallade, de son consul Bernard Nedelec et du consul honoraire à Bobo, Mohamed Hamiddine Ba.

C’est l’ambassadeur Luc Hallade qui a fait le seul discours au cours duquel il a dit son «regret» de n’avoir pas pu convier tous les Français et Franco-Burkinabè. Cependant, a-t-il ajouté: «je tenais à célébrer dignement …notre fête nationale dans ce qui fut la capitale de la Haute-Volta avant son indépendance» (ndlr: Bobo-Dioulasso). Ville à laquelle «la France garde un attachement particulier».

A Bobo-Dioulasso donc, Luc Hallade est venu «marquer à nouveau la solidarité agissante de la France avec cette région des Hauts-Bassins». Cela s’est traduit par des visites (Ecole des sapeurs-pompiers, entreprise EERI-BF, groupe Ortec), des échanges avec des acteurs de l’économie, d’une signature de convention de partenariat avec l’ENEP de Bobo «pour soutenir un projet novateur et ambitieux d’amélioration de la formation des maîtres, mais aussi de création d’un centre de langues qui sera hébergé par l’Institut français». Il s’est aussi agi, pendant ce séjour, de lancer plusieurs projets dans le cadre de l’appel à projets lancé par l’Agence nationale de la recherche sur le Sida et les hépatites virales (ANRS) de France sous le thème «Flash Covid» d’aide à la recherche partenariale sur cette pandémie.

Avant de quitter Bobo-Dioulasso, l’ambassadeur a souhaité «des pluies et des récoltes à venir abondantes».

Séri Aymar BOGNINI

Fermer le menu
Aliquam amet, accumsan ante. Praesent venenatis, fringilla at libero nunc venenatis massa