Nouvelle grille salariale : Les instituteurs principaux crient à l’injustice

La coordination régionale des Instituteurs principaux (IP) des Hauts- Bassins a animé une conférence de presse le 10 juillet 2020. Face aux journalistes, les premiers responsables de la coordination ont révélé que les IP de la catégorie «A3» sont victimes d’incohérences et d’injustices salariales. Pour cela ils exigent que réparation soit faite.

Face aux incohérences et iniquités salariales dont ils s’estiment victimes, les Instituteurs principaux (IP) de la catégorie «A3» des Hauts-Bassins demandent à l’Etat burkinabè, le relèvement du point indiciaire de la catégorie «A» échelle 3 à 65 points et la révision de la carrière des IP fonctionnaires au cas par cas, en les reversant dans la grille des contractuels pour compter du 1erjanvier 1999 jusqu’au 31 décembre 2015; ceci en respectant tous les changements en avancements et en reclassements. Devant les journalistes, les IP de la région ont tenu à exprimer leurs exaspérations sur une injustice qu’ils disent subir à l’instar de leurs collègues des autres régions. A l’origine, le reversement dans la nouvelle grille salariale découlant de la loi 081 de 2016. Même si comparativement à l’ancienne grille, le coordinateur régional IP, Eric Zio note des avancées, il estime que la nouvelle grille est pleine d’incohérences et d’iniquités, puisque le sommet est devenu la base. «Nous constatons avec amertume que la catégorie A3 n’a bénéficié que de 10 points et pire, l’écart indiciaires entre B1 et A3 n’est que de 8 points. Nous estimons que le traitement réservé à la catégorie A3 est une brimade», martèle-t-il, avant de relever également des incohérences entre un fonctionnaire et un contractuel admis au concours professionnel la même année. «Un Instituteur certifié (IC) fonctionnaire reclassé en B1 en 2001 et un autre IC contractuel reclassé en 2006, tous de la même promotion des IP sortis en 2012, le premier se retrouve en A3 1ère classe, 4èmeéchelon à l’indice 585, tandis que le second se retrouve à la 1èreclasse, 6ème échelon à l’indice 675 soit deux échelons de plus que le premier lors du reclassement. Au reversement de 2016, le fonctionnaire aura 110 points de moins que le contractuel avec une différence de salaire indiciaire de 21.368F», a fait remarquer M. Zio. Et selon lui, si cette injustice perdure, elle risque d’avoir des répercutions sur la retraite des intéressés. Sur la question des retraites, Mahamadou Traoré, également membre de la coordination confirme que certains parmi les IP de la catégorie A3 déjà admis à la retraite, ont effectivement constaté que leur pension est en deçà de la catégorie. «Le problème a été posé au niveau de l’UAS, mais elle n’a pas été résolue. Nous allons explorer toutes les voies pour que le problème soit pris à bras le corps par les premières autorités, parce qu’il s’agit de nos droits», assure M. Palé, un autre membre du groupe. Les IP assurent qu’aucune de leurs actions n’est orientée contre l’examen du CEP. Toutefois, ils invitent l’Etat à coopérer car pour eux, dans un Etat normal, il est inconcevable que pour certains le problème soit réglé et pour d’autres non; citant au passage l’exemple des enseignants du supérieur.

Ousmane TRAORE

Fermer le menu
commodo amet, pulvinar ipsum ut efficitur. commodo quis, adipiscing nec dolor.