Politique : Le bon exemple venant d’en haut

Les élections présidentielle et législatives couplées du 22 novembre 2020 au pays des Hommes intègres, c’est pour bientôt. Ce que donnent à voir par les leaders des principales formations politiques est encourageant. Pourvu que ça dure.

Des leaders de partis politiques de différents bords à l’investiture du candidat du CDP

C’est plutôt rare chez nos hommes politiques, pour être relevé. Au moment où il y a frénésie dans les états-majors des partis politiques en vue des joutes électorales prochaines, les leaders politiques semblent jouer à l’apaisement. En effet, même si ce n’est pas un langage mielleux entre eux, les chefs de partis politiques jouent la carte de la courtoisie. C’est ainsi qu’à l’occasion des cérémonies d’investiture des uns et des autres, non seulement les formations politiques viennent applaudir leur adversaire à venir, mais ont les découvre en train de papoter entre eux. Comme quoi, la politique n’est pas la bagarre ! La politique, ce n’est pas l’inimitié ! En politique, on est des adversaires par les idées, pas des ennemis jurés ! La politique, c’est un cadre démocratique. La politique, c’est la confrontation des idées ! La politique, c’est la mobilisation, la sensibilisation et la conquête des électeurs pour conquérir le pouvoir…par les URNES !

Ce comportement des leaders politiques devrait servir d’exemple pour leurs militants à la base. Parce que, malheureusement, ils sont nombreux ces militants zélateurs au sein des partis et formations politiques au Burkina Faso à ne pas comprendre cela. Et bandent du muscle pour un oui ou un non. Mais, ils se trompent d’époque. La politique, ce n’est pas la force des muscles, mais la force des idées. Si nous saluons l’esprit de fair-play que les responsables politiques au plus haut niveau semblent vouloir observer pour l’instant, il leur revient aussi la lourde responsabilité d’outiller leurs ouailles à adhérer et à adopter le même comportement. Qu’ils sachent qu’ils peuvent se lancer des mots aigres-doux au cours de leurs différents meetings réciproques, et se retrouver entre militants de partis différents autour d’un verre. Sans que cela ne choque personne.

Eddie Komboïgo du CDP et Zephérin Diabré de l’UPC adversaires au premier tour de la présidentielle et main dans la main au second

En tout cas, Zeph, Eddie, Bachir, Gilbert, pour ne citer que ceux-là, ont montré la voie. Reste aux militants de le comprendre et de l’emprunter. Certains n’hésiteront pas à parler de complots dans leur dos. Non, ce n’est pas trahir leurs militants et sympathisants respectifs. Ils veulent tous construire ce pays, le Burkina Faso. Seulement, ils ont chacun des projets de société différents, proposent des voies différentes à emprunter pour la même cause : le bonheur et l’épanouissement des Burkinabè, où qu’ils soient.

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr

Fermer le menu
dictum in nec elit. elementum fringilla accumsan commodo