Premier jour de stage à L’Express du Faso : « Le stress ne me laissait pas profiter de mon repos »

 

C’est ce lundi 03 mars 2023, que j’ai débuté mon premier stage dans un organe de presse précisément à L’Express du Faso à Bobo-Dioulasso. Mais que de stress avant le jour-J.

Dans la soirée du dimanche 2 avril 2023, je remets à nouveau les pieds à Bobo-Dioulasso. Cette fois-ci pour un stage à L’Express du Faso qui doit débuter le lendemain ce, pour une période d’un mois. Étudiante à Bobo-Dioulasso, je m’étais rendue à Orodara pour voir la famille à l’occasion des congés du deuxième trimestre. Ce congé était peu, mais très bénéfique, car cela m’a permis de changer un peu d’air et de partager des moments de convivialités avec mes parents, mes frères et mes sœurs. A mon arrivée, j’étais tellement épuisée, car pouf ! Parlons un peu de la route Bobo-Orodara. Ce tronçon international est tellement dégradé qu’après l’avoir parcouru, tu te sens malade à cause des secousses. On assiste régulièrement à des accidents faisant des blessés et souvent même des morts. Mais heureusement que le gouvernement, à travers le ministère des infrastructures, vient de démarrer officiellement les travaux de réhabilitation de cette route longue de 76 km.

‘’Ces questions ont chargé ma tête toute la nuit’’

Avec cette fatigue de l’après-voyage, je devrais bien me reposer pour commencer mon stage en parfaite forme. Mais malheureusement, cela n’a pas été le cas, le stress ne me laissait pas profiter de mon repos, car c’est la toute première fois que je devais faire un stage dans un organe de presse, en occurrence en presse écrite. Je me suis endormie tard et me réveillée très tôt avec ces questions qui avaient chargé ma tête toute la nuit. J’ai une amie qui avait déjà effectué un stage à L’Express du Faso. A mon réveil le matin, je l’ai appelée pour en savoir davantage sur le déroulement des stages dans la presse. Car en réalité, j’avais très peur et le stress m’embarrassait plus. Comment vais-je commencer ? Est-ce compliqué ? Comment cela se déroulera-t-il ? Qui sont ceux avec qui je travaillerai pour mon apprentissage ? Seront-ils sympas avec moi ? Je serai la seule stagiaire ou j’y trouverai d’autres ? Telles sont les questions qui hantaient mon esprit. Ce lundi 3 avril matin, à mon arrivée, je suis reçue par la secrétaire. Elle m’invite à m’asseoir et à patienter, car une autre stagiaire devrait également débuter le même jour que moi.

La conférence de rédaction

Il est 8h. Toute l’équipe de la rédaction de L’Express du Faso est en place. Nous sommes invitées à nous joindre au groupe. Nous découvrirons plus tard que c’est la conférence de rédaction qui venait de débuter. Elle a lieu tous les matins à partir du 8 h 05 mn. C’est là que l’on décide du menu de l’édition du lendemain. L’actualité locale, nationale et internationale sont longuement évoquées à cette occasion. On procède ensuite à un tour de table où chaque journaliste propose un sujet à traiter. Les collègues jugent de l’opportunité et lui fait des suggestions pour lui permettre d’enrichir le contenu. Et comme c’était ma toute première fois de faire un stage en presse écrite, il m’était donc difficile de me lancer directement dans la rédaction d’un article. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on m’a fait raconter mon premier jour de stage.

Yéli Valentine KAM/ Stagiaire

 

Fermer le menu
id quis, et, elit. quis risus leo sem, tristique amet, id, adipiscing