Présidentielle : Ambroise Farama, l’avocat qui veut défendre la souveraineté du Burkina

Me Ambroise Farama est candidat à l’élection présidentielle de 2020.  Pour ce faire, il a présenté son projet de société à ses militants, le 7 novembre 2020, au cours d’une Assemblée générale à Bobo-Dioulasso.

Nous devons donner tous son sens au mot d’ordre “Produisons et consommons burkinabè”

Me Ambroise Farama compte bouter le terrorisme hors du Burkina Faso en luttant contre l’impérialisme. Le président du parti Organisation des peuples africains au Burkina Faso (OPA-BF) pense que le terrorisme a une source impérialiste qui est le principal financier. Il compte créer un climat de confiance entre l’armée et les populations, en protégeant les sources de renseignement. S’il est élu président du Faso, il créera dans chacune des 13 régions, une région militaire, un groupement de gendarmerie et une direction régionale de la police. « Toutefois, les chefs-lieux ne correspondront pas forcément aux chefs-lieux territoriaux, mais seront plutôt déterminés de manière stratégique et tactique, en fonction de la vulnérabilité et des menaces qui pèseront sur les Régions», a-t-il mentionné. Dans les échanges avec ses militants de la ville de Sya, le candidat du parti OPA-BF a dénoncé la stigmatisation des communautés, le délit de faciès, les conflits communautaires et les conflits religieux qui sont entrain de prendre de l’ampleur au pays des hommes intègres. Sur le plan du développement du monde rural, Me Ambroise Segui Farama s’engage à créer de meilleurs impacts et performances dans les domaines de l’eau, de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, de l’environnement et du climat. « Ici, nous devons donner tout son sens au mot d’ordre ‘‘Produisons et consommons burkinabè’’ », dit-il. Pour le candidat à l’élection présidentielle de novembre 2020, il est inconcevable pour un Etat indépendant que ses richesses minières soient exploitées et qu’en retour, il ne reçoive que 10% du capital social des sociétés minières.

Au regard de tous ces maux qui freinent le développement du pays, Ambroise Segui Farama sollicite le suffrage des militants afin de mettre le pays sur la voie du néo panafricanisme révolutionnaire comme modèle politique, économique et social. Il promet que son action sera guidée par des principes et des valeurs, afin de briser les chaînes de notre sous-développement.

Linda GUEYE

Stagiaire

 

Fermer le menu
Curabitur leo. ut commodo felis mattis lectus libero. vel, ipsum