Problématique de la gestion du foncier : le ministre Bénéwendé Sankara rassure les producteurs

La problématique de la gestion du foncier était au cœur des échanges lors de la rencontre d’échange entre le Président du Faso et les producteurs venus des 45 provinces. C’était le samedi 24 avril 2021 à Manga, a l’occasion la Journée nationale du paysan.

Lors des échanges directs entre le Président du Faso et les producteurs dans l’après-midi du samedi 24 avril 2021, ce sont principalement trois acteurs qui ont interpellé le gouvernement sur la problématique de la gestion du foncier : Moussa Koné de la Chambre nationale d’agriculture, Mme Yaméogo au nom de la Chambre régionale d’agriculture du Centre et Bassiaka Dao de la Confédération paysanne du Faso dont la formule a fait une onde de choc à l’intérieur du chapiteau abritant les échanges.

“Les promoteurs immobiliers sont en train de dépecer le Burkina Faso comme un mouton de Tabaski”, a-t-il lâché devant le Président du Faso.

Invité à éclairer l’opinion du monde rural, Bénéwendé Stanislas SANKARA, Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, a d’emblée rassuré les producteurs : “Ne paniquons pas, n’ayons pas peur”.

“Il y’a certainement de l’incivisme foncier, mais le diagnostic opéré sur la question nous permet de dire que le sujet est maîtrisé. La maîtrise vient du fait que nous connaissons les causes du problème lié à la gestion du foncier. À titre d’exemple, 16 autres lois issues de huit départements ministériels sont dérivées de la loi mère qui est la réforme agraire et foncière (RAF) de 2008. Voilà la principale source de dérives dans le foncier. Ayons le courage de faire marche-arrière pour permettre à l’Etat de retrouver sa plénitude dans la gestion de la terre, garante de toutes les autres activités humaines”, s’est longuement expliqué le ministre qui a par ailleurs sollicité ” juste un peu de temps nécessaire” pour prendre des mesures conservatoires.

Et justement dans ce sens, le ministre a informé de la mise en place d’un comité interministériel le lundi 19 avril dernier pour proposer des mesures conservatoires et fortes, directement applicables par le Gouvernement.

Du reste, a insisté le ministre, toutes les opérations de traitement des dossiers de promotion immobilière sont suspendues dans son département jusqu’à nouvel ordre depuis le 09 février 2021.

Pour terminer, le ministre Sankara qui a réaffirmé “sa foi à son action” et conformément aux “hautes instructions” de SEM le Président du Faso, a rappelé le caractère “inclusif” avec l’ensemble des acteurs du secteur de la démarche qu’il propose pour remettre le foncier sur les sillons de l’apaisement social, de l’équité et de la transparence : promoteurs immobiliers, organisations de la société civile et différents ordres affiliés au ministère.

DCPM/MUHV

Fermer le menu
neque. ut libero. mi, Aliquam justo dapibus suscipit tempus