Production du fil de coton 100% à FILSAH : «Si un produit est fait avec du fil FILSAH, il n’y a pas de problème de qualité», Abdoulaye Nabolé, Directeur General

La Filature du Sahel (FILSAH) implantée à Bobo-Dioulasso dans la zone industrielle route de Banfora exerce dans la production de fil de coton 100%. Ce jour 15 septembre 2023, nous avons fait une immersion au cœur de la société pour mieux comprendre son fonctionnement.

De l’administration a l’usine en passant par le laboratoire où chaque étape de la filature (de la matière au produit fini) est soumise systématiquement à un contrôle rigoureux de qualité (régularité du ruban cardé et étiré, présence de neps (bouton), de points gros ou de points minces, résistance du fil) tout est mis en œuvre pour une production de fil de coton 100% défiant toute concurrence sur le marché. Avec une capacité de production de la filature open-end qui passera de 5000 tonnes/an actuellement à 10 000 tonnes/an de fil Nm 24, soit une production supplémentaire de 5 000 tonnes

Historique de la FILSAH

Créée en 1997 en tant que société de droit privée pour transformer la fibre de coton en fil, la FILSAH fut opérationnelle en 2000 et est à ce jour la seule filature des huit pays de l’UEMAO qui fonctionne normalement.  A sa création, la tâche pour FILSAH était de disposer des agréments, financements et terrain nécessaire pour ses activités car cela intervenait dans un conteste de liquidation de Faso Fani. Avec la naissance de l’agenda coton textile de l’UEMOA qui avait été décrété au niveau des chefs d’Etats, en fixant un objectif de transformation rapide de 25% de la fibre de coton dans l’espace UEMOA, la FILSAH a pu tenir la tête hors de l’eau et est restée la seule filature fonctionnelle normalement.

La FILSAH, fleuron des industries cotonnières

De l’ouvraison au filage en passant par le battage, le cardage, et l’étirage chaque étape de la filature est importante à FILSAH afin d’assurer la qualité du fil coton 100%. Livrées en balles comprimées l’ouvraison est une opération qui permet par arrachage de décomposer cet ensemble compact de fibres pour le transformer en flocons grossiers. Suivant l’ouvraison, le battage quant à lui est un traitement mécanique énergique, des flocons de fibres destinés à commencer le démêlage et à éliminer les impuretés solides telles que des boues séchées, des débris végétaux etc.

A la suite du battage l’étirage va permettre de paralléliser les fibres et de régulariser la grosseur du ruban pour faire place au filage. Au stade de la filature Open End ou à bout libéré, il s’agit de l’introduction du ruban par un briseur qui libère les fibres sous forme d’un faisceau et elles se réunissent à nouveau librement en un point de rotation au moyen d’un rotor qui leur confère une torsion, les transforment ainsi en fil.

Les mesures gouvernementales sur la transformation et la consommation locale sont saluées à FILSAH

Abdoulaye Nabole, Directeur General de la FILSAH tout en saluant l’initiative de l’Etat de matérialiser en partie le concept consommons local à travers le port du Faso Danfani par les élèves à partir de la rentrée scolaire 2023-2024, invite cependant les élèves et parents d’élèves à se tourner vers des tissus de Faso Danfani de qualité, faite par du fil de qualité, tel que produit par la FILSAH. « Aujourd’hui les gens posent le problème de qualité pour ce qui est du Faso Danfani. Après quelques lavages, ils trouvent que la qualité s’est détériorée d’où l’inquiétude de certains parents d’élèves. Je peux vous assurer que nous produisons à FILSAH du fil de qualité pour permettre à la population de disposer de Faso Danfani de qualité ».

Aymeric KANI

Fermer le menu
massa id velit, Aliquam quis porta. libero. mattis