Professeurs recalés du PEJEN : La coordination demande leur intégration

La Coordination nationale des professeurs du PEJEN (CNP-PEJEN) a animé une conférence de presse pour dénoncer la procédure d’intégration par concours écrit. Car le contrat stipulait une intégration par des mécanismes spécifiques, qui selon eux diffèrent d’un concours écrit. C’était le 04 avril 2023 à la Bourse du travail de Ouagadougou.

On se souviendra que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) avait, à la rentrée scolaire 2016-2017, fait un recrutement de 4 200 professeurs dans le cadre du « Programme emplois-jeunes pour l’éducation nationale (PEJEN) ». Selon la secrétaire générale (SG), Abibou Yaméogo, ces jeunes recrutés avec des niveaux DEUG 2 et Licence sont liés au ministère en charge de l’Education nationale par un contrat d’un an renouvelable deux fois, lequel renouvellement est conditionné par les résultats de l’évaluation annuelle.

À terme, ils sont censés être intégrés dans la Fonction, notamment pour ceux qui le désirent. Un mécanisme a été mis en place et qui prévoyait 3 fois le concours direct spécifique de recrutement des bénéficiaires du programme. Au dernier concours en décembre 2021, la coordination déclare que sur 1030 candidats, au total 877 sont déclarés admis, soit 153 recalés et 10 candidats qui n’ont pas pu composer pour diverses raisons. Cela constitue un désespoir chez bon nombres d’entre eux, car étant frappés par la limite d’âge aux concours directs, ajouté à la suspension de la planification et des recrutements sur mesures nouvelles ordinaires et spéciales.

De l’avis de cette coordination, les professeurs recrutés dans le cadre de ce programme doivent être tous intégrés dans un emploi régulier. Au regard de la situation, les ajournés du PEJEN de 2019/2020 et 2021 réunis au sein de la Coordination nationale des professeurs du PEJEN interpellent le gouvernement à prendre ses responsabilités. Entre autres, en organisant d’urgence un test afin d’intégrer les 153 et les 10 autres candidats qui n’ont pas pu prendre part au concours.

« Compte tenu des imperfections, des incohérences et insuffisances dans l’organisation de ce concours, nous estimons qu’ils ont été injustement molestés et que justice doit être faire à ce niveau. En tout état de cause, ce mécanisme d’intégration de ces professeurs doit être une formalité au vu des souffrances et sacrifices consentis durant ces années », fait savoir la SG. Elle confie que les enseignants du PEJEN, en liaison avec les autres personnels, continueront à mettre en œuvre toute initiative nécessaire à l’intégration de tous.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
et, Aliquam ut porta. at fringilla