Protection des berges du Kou : Le bilan des cinq dernières années satisfaisant

Le Comité Local de l’Eau du Kou en partenariat avec Eau Vive Internationale a organisé une journée de redevabilité à l’attention des populations riveraines du Kou et des acteurs concernés. Cette journée a eu lieu le vendredi 18 décembre 2020 dans la salle de conférence du Gouvernorat de Bobo. 

Le présidium au cours de la journée de redevabilité du CLE Kou

Cette activité se veut une journée de redevabilité pour rendre compte et informer les acteurs régionaux et les populations sur les activités réalisées par le Comité Local de l’Eau du Kou (CLE Kou)  sur la protection et restauration de la rivière Kou lors des cinq dernières années. Selon Yacine Viviane Sanou, assistante technique du  projet Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) et représentante  de l’ONG Eau Vive Internationale, «  nous accompagnons CLE Kou depuis plus de deux ans dans la réalisation de plusieurs activités notamment, des formations et des réalisations concrètes sur le terrain.

Les participants dans la salle

Cette activité concerne la redevabilité qui permet de rendre compte aux usagers après un certain temps de  travail. Cela permet d’éclaircir les  zones d’ombres pour satisfaire les bénéficiaires ». Alizatou Dabiré Wandaogo, secrétaire générale du CLE Kou a expliqué le projet et jugé satisfaisant le bilan des cinq dernières années. « CLE Kou a bénéficié de l’accompagnement de partenaires dont l’Agence de l’Eau du Mouhoun, Eau Vive Internationale, Faso Eau. Depuis 2016, nous avons réalisé des  activités telles que le reboisement, le traitement des ravilies, la sensibilisation. Le coût du projet est estimé à environ 57 millions dont 53 millions de la part de l’Agence de l’Eau du Mouhoun. Nous jugeons satisfaisant le bilan de façon globale. Et Comme difficultés, le club n’a pas un statut juridique et un budget propre. Nous demandons l’accompagnement de tous pour atteindre nos objectifs », a-t-elle souhaité.

Alizatou Dabiré Wandaogo, SG/CLE Kou

Cet engagement s’est traduit par l’adoption de la politique nationale en matière de gestion de l’eau. C’est dans ce contexte que les Comités Locaux de l’Eau (CLE) qui sont les mailons essentiels dans la mise en œuvre de la gestion intégrée des ressources en eau, ont été créés. Quant au CLE Kou, il a été créé en 2008 puis restructuré en 2015.

Protection et restauration de cet espace vital

La rivière du Kou qui part de Farakô-Bâ au Sud de la ville de Bobo-Dioulasso à la vallée du Kou au Nord, est sérieusement menacée du fait des activités humaines qui se pratiquent jusque dans son lit. En effet, l’ampleur des agressions dont est victime cette rivière qui traverse une quarantaine de villages et qui dessert la ville de Sya en eau est une véritable menace pour le bassin du Kou. La végétation qui la longeait a disparu à des endroits pour laisser place à des champs de culture. Pour renverser la tendance de la dégradation des ressources naturelles dans son espace de compétence, CLE Kou entreprend des actions sur le terrain et un plaidoyer auprès des décideurs en vue de la protection et la sauvegarde de cet espace vital pour le sous bassin.

Yacine Viviane Sanou, assistante technique sur le projet GIRE

C’est dans cette optique que le Comité Local de l’Eau du Kou organise une journée de redevabilité à l’endroit des acteurs locaux  et des structures déconcentrées et décentralisées de son espace de compétence pour rendre compte et partager les informations sur les activités des cinq dernières années dans le cadre de la protection et restauration des berges du Kou.

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
id, consequat. Aenean Sed Praesent elit. Aliquam in id