Réconciliation nationale au Burkina Faso : Zéphirin Diabré sonne le tambour chez Sa Majesté le Mogho-Naaba

On ne peut parler de réconciliation nationale sans associer les autorités coutumières et religieuses du pays. Et le ministre de la Réconciliation nationale, Zéphirin Diabré l’a compris. Il a fait le premier pas vers Sa Majesté le Mogho-Naaba Baongho, l’empereur des Mosé, ce mardi 26 janvier 2021.

Dans ces nouveaux habits de ministre de la Réconciliation nationale Zéphirin Diabré sollicite l’accompagnement de Sa Majesté le Mogho-Naaba Baongho

Ministre de la Réconciliation, Zéphirin Diabré continue sa tournée auprès des différentes couches sociales afin d’obtenir leur adhésion à l’idée de réconciliation prônée par tous. Il s’est très tôt rendu chez Sa Majesté le Mogho-Naaba, pour lui rendre compte de la mission qui est la sienne et solliciter son accompagnement. Ainsi résumera-t-il ses échanges avec le Moro-Naaba en ces termes : « A la suite de ma nomination, j’ai pris l’initiative de rendre visite au Mogho-Naaba-Naaba pour l’informer de ma mission, et recueillir auprès de lui des bénédictions et conseils pour bien conduire cette mission. Il a réitéré sa disponibilité à m’accompagner, comme il le faisait déjà quand j’étais le chef de file de l’opposition; ce qui n’est pas nouveau dans nos relations » .Selon Zéphirin, après Sa Majesté le Mogho-Naaba, il compte faire des sorties pour aller rencontre d’autres chefs traditionnels à Bobo-Dioulasso, Tenkodogo, Ouahigouya. Les cas de Fada N’gourma et Banfora avec deux chefs sont pour lui à mettre à l’actif de la réconciliation nationale. « Comment un peuple peut être uni  avec deux rois », interroge-t-il. Aux hommes de médias il dira, « aidez-nous à faire comprendre aux gens que la réconciliation nationale n’est pas l’affaire des politiciens. On a un problème de cohésion sociale qu’il faudra vite résoudre et c’est avec l’accompagnement de tous ».

Firmin OUATTARA

Fermer le menu
diam massa ut leo id suscipit