Référentiel national de développement : Les grandes attentes de la société civile

Le vendredi 07 mai 2021 s’est achevée la 3ème édition de la conférence nationale sur la redevabilité sociale au Burkina, organisée par le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC).

Après deux jours de réflexion la 3ème édition de la conférence nationale sur la redevabilité sociale au Burkina organisée par le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) a pris fin. Les participants ont répertorié trois grandes attentes dans le cadre de l’élaboration du nouveau référentiel de développement du Burkina. A titre d’illustration, la région du Sud-Ouest souhaite la normalisation de l’université de Gaoua, le bitumage des principaux axes de la RN11 Gaou-Batié-frontière de Côte d’Ivoire et la RN 20 Ouessa-Léo. Au niveau de la région de l’Est, la principale préoccupation est la réhabilitation de la RN 4 et de la RN 18.

En outre, la société civile souhaite aussi un plus grand engagement de l’Etat dans la lutte contre la corruption. Pour s’assurer de l’effectivité de ces recommandations, le CNOSC a pris l’engagement de suivre les étapes restantes pour l’adoption du référentiel national de développement. Par ailleurs, le Conseil national salue la décision du président du Faso de faire signer à chaque ministre des contrats de performances pour rendre le développement plus visible aux yeux de la population à la base. Pour Jonas Hien, les objectifs de la rencontre ont été atteints. « L’objectif de cette conférence était d’apporter notre contribution à la réflexion pour enrichir le document de référentiel national en matière de développement. A la fin de cette conférence, nous pensons avoir joué notre part de contribution », a-t-il précisé.

Odom YANOGO

Fermer le menu
quis mi, felis risus odio commodo libero. commodo neque. tempus ut tristique