Rentrée politique Soleil d’Avenir : « Maintenant, nous allons à la conquête du pouvoir », Pr Soma

Le parti politique Soleil d’Avenir a effectué sa rentrée politique le 17 juillet 2021 à Ouagadougou. Cette rentrée qui a connu la présence d’autres leaders politiques notamment Augustin Loada du MPS, marquait également le début des activités du parti. Dans le but de préparer les prochaines échéances électorales.

« Les défis de la classe politique burkinabè », c’est sous ce thème que le parti Soleil d’Avenir a effectué sa rentrée politique. Thème développé notamment par Siaka Coulibaly, analyste politique et Abdoul Karim Saïdou, spécialiste de la science politique.

Selon le président du parti, Abdoulaye Soma, il y a lieu de réfléchir sur les défis politiques au Burkina Faso. Du point de vue du parti, il y a d’autres grands défis au-delà de la question sécuritaire. Le premier a trait au renouvellement de la classe politique.

A ce sujet, Pr Soma fait savoir : « nous avons une classe politique qui est arrivée au pouvoir à l’occasion du coup d’Etat de 1982. Cette classe politique était très jeune à l’époque. Ces hommes sont restés au pouvoir depuis lors. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient faire, il y a eu des mérites, des défauts, mais on est arrivé à un moment où il faut renouveler. Il faut réussir ce renouvellement en arrivant à lier les deux générations. Nous aspirons gérer les affaires de la Nation et éventuellement à faire mieux qu’eux ».

L’autre défi selon Abdoulaye Soma, est la concordance politique. « Aujourd’hui, nous avons un déchirement dans la classe politique et sociale. Il y a des parties du pays et des communautés qui ne se sentent pas burkinabè… Il faut que nous réussissions ensemble à créer le sentiment national ». Et d’ajouter : « Dans notre programme, nous avons prévu un gouvernement de concordance.

Il nous faut une formule de gouvernement qui nous mette ensemble. Nous avons prévu dans notre programme un gouvernement de 13 ministres à raison d’un ministre par région ». Le président de Soleil d’Avenir s’est prononcé sur la rencontre de l’Opposition non-affiliée (ONA) et le ministre chargé de la Réconciliation nationale, Zéphirin Diabré, prévue ce jour 19 juillet.

« L’objectif de cette rencontre est d’informer le ministre de la disponibilité de la coalition à soutenir le processus national de réconciliation et de cohésion sociale. Mais ce processus pour qu’il soit honnête, intègre et corresponde à un sentiment national, doit répondre à un certain nombre de caractéristiques parmi lesquelles, l’inclusion », a-t-il expliqué.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
ipsum dapibus non consectetur et, Phasellus suscipit luctus felis eget commodo ut