Resterons-nous dans la tendance de la reconduction ?

Après les élections présidentielle et législatives, les institutions de la République sont entrain de se mettre en place.  Ainsi, le président de l’Assemblée nationale Alassane Bala Sakandé a été reconduit à son perchoir à l’hémicycle, tandis que Christophe Joseph Marie Dabiré a été confirmé à son poste de Premier ministre. Suivant cette tendance de reconduction, les Burkinabè se posent la question de savoir s’il en serait de même pour le nouveau gouvernement Dabiré II. Le gouvernement Dabiré II sera-t-il reconduit ? En attendant d’avoir la réponse à cette question, les supputations vont bon train. Pour certains, reconduire le gouvernement Dabiré II sera de même reconduire les mêmes problèmes. Cette tendance appelle au changement. Un changement qui pourrait être possible grâce à la nouvelle configuration de la scène politique issue des élections législatives 2020. Le NTD, grand gagnant de ces élections, pourrait bien se prévaloir de ces résultats pour prétendre à plus de postes dans le gouvernement. On parle aussi de plus en plus du parti du Lion, sans oublier le parti de l’œil qui était dans le gouvernement Dabiré II. Une autre question que les Burkinabè se posent, c’est au sujet de la présence de la société civile dans ce prochain gouvernement. Y aura-t-il une place ou voir deux pour la société civile ? C’est la question qui mérite d’être posée. Dans cette lutte où les partis politiques se bousculent , rien n’est sûr pour notre société civile en perte de vitesse depuis l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Contre toute attente et dans la dynamique de la réconciliation nationale prônée par tout le monde en ce moment, le président du Faso peut vouloir s’inscrire dans un gouvernement de large ouverture. Et qui parle de large ouverture voit les entrées des forces politiques en présence, l’opposition, la majorité, les mouvanciers et ,même les non-alignés. C’est un gouvernement qui aura l’objectif de travailler à ce que les filles et les fils du Burkina Faso soient réconciliés pour que la paix durable et définitive s’installe dans notre pays. En attendant de mettre fin aux nombreuses supputations, le président Roch Marc Christian Kaboré et son Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré détiennent toutes les cartes pour former un gouvernement rompu à la tâche pour faire avancer le Faso vers les chantiers de développement.

Firmin OUATTARA

 

Fermer le menu
sit Donec odio Lorem sem, felis ante. adipiscing ut elit. Curabitur facilisis