Rugby club des forces vives de Bobo-Dioulasso : Un tremplin pour fabriquer des rugbymen

Le rugby club des forces vives de Bobo-Dioulasso a organisé le 25 juillet 2020 au stade Wobi un tournoi de rugby. Il a regroupé au total 16 clubs de Béregadougou et de Bobo-Dioulasso.

Ces jeunes ont eu l’occasion d’exprimer leurs talents de rugbymen

Au fil des années, l’engouement se dessine autour du tournoi de rugby, du rugby club des forces vives de Bobo-Dioulasso. Pour cette édition, le tournoi a regroupé 16 équipes de Bérégadougou et de Bobo-Dioulasso. La compétition proprement dite a débuté par les phases de poule. Les équipes ont été reparties dans 4 poules. Les phases finales ont mis aux prises les deux premiers de chaque poule et les équipes classées troisièmes et quatrième ont constitué le petit tableau. Les deux premières équipes des poules se sont affrontées en un mini championnat. Ces matchs ont été suivis des quarts de finale, de la demi- finale, la petite et la grande finale. Tout ceci à la grande satisfaction du promoteur Christophe Palomo. Pour lui, il n’y a pas eu de gagnant ni de perdant, mais plutôt la victoire du rugby car ce tournoi est un tremplin pour son rayonnement. «A travers ce tournoi, nous voulons créer des évènements qui vont contribuer à valoriser le rugby au Burkina Faso et permettre à la Fédération burkinabè de rugby d’avoir du poids aux yeux des instances internationales du rugby», justifie-t-il.

Christophe Palomo : «j’ai l’ambition de hisser le rugby au même niveau que le football»

Grand passionné du rugby depuis son bas âge, M. Palomo se souvient encore de ses premiers contacts à Bobo-Dioulasso. «Personnellement, j’ai joué beaucoup au rugby en France depuis l’âge de 14 ans ; après ça, je suis venu en Afrique et à Bobo-Dioulasso j’ai fait la rencontre de Cheick Sékou qui a une équipe de rugby à Diarradougou ; nous avons commencé à jouer ensemble, puis nous avons mis en place d’autres clubs de rugby ; actuellement dans la ville de Bobo-Dioulasso on compte cinq clubs ce qui n’est pas petit mais malheureusement les gens ne savent toujours pas ce que c’est que le rugby ; mon ambition, c’est de le faire connaître par le grand public et de le hisser au même niveau que le football en incitant la jeunesse à s’intéresser au jeu ; j’ai foi qu’on vas y arriver», espère-t-il. Mais sans soutien véritable, Christophe Palomo, pense que son rêve sera difficilement réalisable. C’est pour cette raison qu’il appel à l’accompagnement des bonnes volontés et des sponsors. Mais en attendant que ceux-ci se manifestent, il a tenu à adresser ses remerciements à la BRAKINA, à EERI-BF et à TRANSLOG. Ces structures ont apporté leur soutien à l’organisation du tournoi édition 2020 en permettant aux différentes équipes de repartir avec  des lots.

Ousmane TRAORE

Fermer le menu
quis dapibus nec velit, amet, Donec commodo risus leo ut lectus