Secteur des Mines et Carrières : Le gouvernement fait le point avec les medias

Le secteur des Mines et des Carrières se porte bien au Burkina. Du 11 au 15 septembre 2019, une trentaine de  journalistes sont allés toucher du doigt les  réalités du terrain dans les régions des Cascades et des Hauts-Bassins. Cette caravane de presse qui s’inscrit dans le cadre des activités du mois de recevabilité est une initiative du ministère des Mines et Carrières.

Les hommes de medias en savent beaucoup sur le secteur des Mines et des Carrières au Burkina. En effet, de 10 mines industrielles entrées en production, le nombre est passé à 17 dans la période de 2016 à 2020. Ce sont 214,4 tonnes d’or qui ont été produites entre 2016-2018, soit une progression de 38,5 tonnes. Le secteur minier au Burkina, c’est aussi 10,85 % en moyenne de contribution à la formation du PIB ; 944 milliards de FCFA de recettes budgétaires, avec une progression allant de 190 milliards en 2016 à 276 milliards en 2019 ; 4 870 milliards de FCFA de recettes d’exportation, avec une progression allant de 974 milliards à 1420 en 2019, plus de 20 milliards de FCFA /an pour le financement des projets de développement local ; 51.000 emplois directs et indirects en 2019 ; 438 permis de recherche valides ; près de 1000 milliards d’investissements miniers lors des cinq dernières années.

Quant au secteur des carrières, à la date du 30 juin 2020, on dénombre 23 qui sont en exploitation, 11 en arrêt d’activité, une quarantaine en attente d’exploitation et une vingtaine de demande d’autorisation d’exploitation en cours d’examen. En termes d’emploi, ces carrières ont généré la création de 8900 emplois à savoir 900 du côté industriel et 8000, côté artisanal.

Des chiffres qui parlent

Avec des équipements ultrasophistiqués, la mine d’or de Houndé se positionne comme l’une des plus impressionnantes du Burkina

Ces chiffres sont dictés aux journalistes lors de cette caravane de presse. Présent à l’ouverture de l’activité, le ministre des mines et des carrières, Oumarou IDANI, a indiqué que cette immersion des journalistes dans le secteur des mines et des carrières devait constituer pour ces derniers une occasion pour toucher du doigt les réalisations et les performances obtenues dans ce secteur et d’en faire la promotion à travers vos papiers et vos reportages. « Vous veillerez notamment à faire un focus détaillé sur les difficultés objectives qui caractérisent le domaine des mines et des carrières. Pour ce faire, des responsables de certaines structures compétentes du Ministère seront à votre disposition pour des échanges que nous souhaitons directs, interactifs, contributifs, constructifs et positifs qui aboutissent à une meilleure compréhension de nos missions et de nos actions et, surtout qui nous ouvrent de larges perspectives dans le renforcement des relations de partenariat entre mon département et les organes de presse ici représentés » a-t-il précisé.

Dans leur périple, les journalistes se sont rendus dans plusieurs localités.

Un périple long

A Sogossagasso, village situé à une trentaine de km de la ville de Bobo-Dioulasso, les hommes de medias ont visité une carrière exploitée par l’entreprise Afric Carriers. Cette société qui a construit des classes pour le lycée de la localité ne compte pas s’arrêter là.

Après Sogossagasso, c’est la commune de Niankorodougou qui a reçu la caravane. Dans cette localité située dans la Léraba, les journalistes ont fait un tour à Wahgnion gold corporation, une filiale de la société Teranga gold. Entrée en production en 2019 et avec un gisement de 50 tonnes d’or, cette mine emploie aujourd’hui près de 1200 personnes dont 94% sont des nationaux. En matière de responsabilité sociale, la mine fait aussi des efforts, notamment en matière de relogement des populations affectées et la restauration des moyens de subsistance. Selon William NIANOGO, un de ses responsables, la contribution de sa structure à l’économie nationale est estimé à 56,2 milliards de francs CFA dont 8,4 sont allés au profit du budget de l’Etat. C’est à Houndé que la caravane de presse initiée par le ministère des mines et des carrières a pris fin. Dans cette localité les journalistes ont visité Houndé Gold Operation (HGO), une filiale du groupe Endevour Mining. Cette mine qui est entré en service en 2017 produit six tonnes d’or par an. Outre les installations de cette mine, les caravaniers ont pu aussi s’enquérir de l’état des infrastructures de santé et d’éducation réalisé grâce au fonds miniers se développement local (FMDL). Ce fond qui est une contribution fixée par le code minier de 2015 invite les sociétés minières à verser 01% de leurs chiffres d’affaires  aux communes et régions  du Burkina. Pour cette année 2020, Houndé a reçu près de deux milliards de FCFA.

Moussa SANON/ UJCCP/ HB

Fermer le menu
mi, dolor. Aliquam suscipit dapibus non vel, libero. massa et, quis, accumsan