Anna Dakiswendé Djiguindé/ Dintoumda : Une militante de la cause féminine

Dans notre rubrique de la semaine, nous sommes allés à la rencontre d’Anna Dakiswendé Djiguindé née Dintoumda. Cette jeune dame titulaire d’un Master en Management Qualité Sécurité Environnement (MQSE) de l’Institut de Génie de l’Environnement et du Développement Durable (IGEDD) fait de la cause de la femme son cheval de bataille. Ce qui lui a fallu de militer dans plusieurs associations féminines.  Elle nous raconte sa passion pour le monde associatif !

Selon Anna Dakiswendé Djiguindé/ Dintoumda, militer dans une association est formateur. Car cela permet de se cultiver l’esprit d’équipe, le don de soi, le leadership féminin, et contribuer au développement de son pays. C’est dans cette optique qu’elle s’est lancée dans les mouvements associatifs pour non seulement les causes nobles qu’ils défendent, mais aussi pour se sentir utile et venir en aide à sa communauté.

Membre de l’Association femmes leaders d’Afrique (FLA) du Burkina Faso depuis 2015, elle en est la présidente depuis juillet 2019. Cette jeune dame est également membre de plusieurs associations telles que l’Association femmes environnementalistes (AFE) du Burkina Faso, depuis février 2018 ; du Club des Jeunes femmes leaders (CJFL), depuis septembre 2018, Conseillère de l’Association pour la solidarité active (SOLIDAC) depuis Octobre 2017. En plus de son engagement pour la cause et l’entreprenariat féminin, Anna, titulaire d’une Licence en ingénierie de l’eau et environnement de l’institut 2IE obtenue en 2013, travaille dans une entreprise de la place dans laquelle elle a mis en place le système de management QHSE.

Elle conduit l’entreprise à la réussite des audits ICC successifs d’une structure de la place. En plus de cela, elle a eu l’opportunité de prévaloir mes compétences et ses connaissances dans d’autres projets. Ainsi, elle a été consultante pour la réalisation d’une notice d’impact environnementale et sociale (NIES) pour l’installation d’une usine   agroalimentaire et d’un Plan hygiène santé sécurité et environnement (PHSSE) pour une structure évoluant dans le domaine de l’énergie. Ce, dans le cadre d’un projet d’électrification des zones rurales dans la région des Hauts Bassins.

L’entreprenariat féminin est la voie de l’épanouissement de la femme

Cette jeune dame dynamique a également joué le rôle de coordinatrice de la sensibilisation des populations des secteurs 37 et 38 de l’arrondissement 9 de Ouagadougou pour la réalisation du Réseau secondaire et tertiaire du LOT 6.2 / PSEU, conduit par une société Projet International. Elle a également géré gérer le volet Qualité hygiène sécurité environnement de la campagne de sensibilisation et d’information des populations de certains quartiers de Ouagadougou dans le cadre des travaux d’adduction d’eau potable du Projet PAEA/PforR mis en œuvre par un groupement. Malgré son agenda chargé, la jeune dame arrive à allier vie de foyer et boulot.  « Ceci est une question d’organisation et de communication surtout. Il faut faire un planning hebdomadaire, voire mensuel, afin de pouvoir accorder du temps à la famille.

Aussi, je communique beaucoup surtout quand mon travail ne me permet pas d’accomplir certains devoirs familiaux. Aussi, j’échange avec mon mari sur l’évolution de mon travail, mes temps libres. Il n’hésite pas à me soutenir quand par moment je suis débordée. Je remercie Dieu, car mon mari est compréhensif face à mes occupations professionnelles et qui m’encourage à améliorer mes compétences à travers des formations ». Cette défendeur de la cause féminine, encourage ses sœurs à se lancer dans l’entreprenariat, car selon elle, c’est la voie du succès et de l’épanouissement de la femme.

En plus, cela permet aux femmes de contribuer également à la réduction du taux chômage et à l’amélioration de l’économie du pays. Aussi, Anna encourage ses jeunes sœurs à militer dans le monde associatif, car c’est une interface qui permet de mettre en valeur leurs compétences, d’acquérir des compétences. « Ces associations sont des milieux formateurs, des milieux qui vont leur permettre de découvrir leurs potentialités et de pouvoir les mettre en évidence. Ceci, avant de rentrer dans le monde professionnel. A toutes les femmes battantes, n’hésitez pas à vous former, car c’est le chemin du succès ! », dira-t-elle.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
consectetur vel, at ut Aliquam mattis id, luctus sem,