Arts du cirque : Africa unite veut en faire une profession

L’association Africa unite a organisé une nuit de cirque le 27 novembre 2020 au centre Traces théâtre de Bobo-Dioulasso. Ce projet vise à promouvoir la culture et professionnaliser les arts du cirque dans la région des Hauts-Bassins.

Autorités communales et les responsables de la culture lors de la nuit du cirque

C’est une nuit qui a été animée au centre de théâtre à travers des séances de théâtre,  de danse, de musique et de cirque en présence des autorités de la commune et des responsables de la culture. Les acteurs ont offert un beau spectacle avec talent. Le projet a été financé à hauteur de 5 millions par le Fonds de développement culturel et touristique (FDCT). Il  vise à intégrer le théâtre, le cirque, la musique et la danse et en même temps offrir un spectacle.

Selon Alphonse Tougouma, directeur général du Fonds de développement culturel et touristique, «  c’est un projet qui a été sélectionné parmi plus de 200. Il a été financé pour faire une création majeure et innovante. C’est le cirque qui nous a surtout motivé à financer ce projet, mais nous avons intégrer d’autres composantes  pour en faire un spectacle. C’est un spectacle qui nous a beaucoup confortés.  Nous voulons que  ces genres de projets qui nous font rêver continuent de prospérer. Il faut  perfectionner ces jeunes qui veulent innover  et  faire d’eux des acteurs professionnels ».

Moussa Sanou, formateur, explique comment ils ont pu mettre en place ce spectacle. « La proposition était de faire vivre des moments de cirque, de danse, de musique et de théâtre. Nous étions quatre formateurs  pour encadrer les acteurs sur la manière de gérer l’espace, les regards, les gestes et les émotions. Chaque formateur a travaillé dans sa discipline pour qu’on mette les morceaux ensemble. Nous avons commencé par le théâtre avec l’histoire de Canevas et nous avons intégré la musique et la danse avec l’histoire de la bataille de Bama pour avoir du spectacle », a-t-il expliqué.

Alain Sanou, 4ème adjoint représentant le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, a salué le fonds de développement culturel et touristique et les formateurs pour cette initiative. Pour lui, la ville de Bobo-Dioulasso mérite un tel évènement, car elle est la capitale culturelle du Burkina.

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
et, luctus dolor. vel, in Phasellus fringilla id facilisis