Assassinat du prête Fernando : L’ex-cuisinier Toé Alidou condamné à la perpétuité

Toé Alidou, l’ex cuisinier du Centre de formation Don Bosco de Bobo-Dioulasso a été condamné à l’emprisonnement à vie par la chambre criminelle de la Cour d’appel, ce 09 février 2023. Il est déclaré coupable d’avoir assassiné le prêtre Fernando Hernandez, économe du centre.

Le présumé auteur des faits répond au nom de Toé Alidou. Né en 1977, domicilié au secteur 06 de Bobo-Dioulasso. Il était cuisinier au Centre de formation Don Bosco de 2011 jusqu’en 2019. Ce centre dirigé par des prêtes venus de pays étrangers. En avril 2019, le centre a voulu se séparer de son cuisinier qu’est Toé Alidou pour diverses raisons. C’est ainsi qu’il lui notifie une lettre de licenciement en lui signifiant que ses droits et dommages et intérêts s’élevant à 250.000 F CFA, lui seront payés dans les prochains jours. Après quelques jours, Monsieur Toé passe pour percevoir son argent. Arrivé, un responsable du centre lui fait savoir que celui qui devrait le payerest en mission hors du pays. Pendant ce temps, Toé Alidou travaillait dans un autre restaurant, Lolita, où il percevait même un salaire plus élevé. Le vendredi 17 mai 2019 aux environs de 11 heures, étant en service à Lolita, il demande la permission pour établir sa pièce d’identité.

Ce jour-là, Toé ne part pas directement au commissariat, il se rend plutôt dans son ancien service. Arrivé là-bas aux environs de 12h 30mn, il fait irruption auréfectoire où se trouvent les prêtres prenant leur déjeuner. Il demande aux prêtes de lui clarifier son contrat ou de payer son argent. Un du groupe tente de le calmer afin d’échanger après le repas. A peine 5 minutes, Toé Alidou sort son couteau du sac, et soudain, donne un coup de poignard au prête Fernando.

Les autres prennent la fuite,mais seul le prête Placo Germain tente d’intervenir. Ce dernier reçoit plusieurs coups de couteau. Il est même pourchassé par le présumé coupable jusqu’à ce qu’il escalade le mur de la cour. A ce moment les voisins crient au secours, mais Toé est revenu égorger Fernando, puis l’a éventré et s’est caché part dans la cour. La population fait appel aux éléments de la Brigade Anti Criminalité (BAC) qui sont venus mettre l’accusé aux arrêts.

Le dossier sera transmis à la chambre criminelle de la Cour d’appel de Bobo pour y être jugé. A la barre, le jeudi 09 février, l’accusé a reconnu les faits, mais dit avoir agi sous l’emprise de la colère. ” Je n’ai même pas su à quel moment j’ai commis ce crime. Je l’ai regretté amèrement dans ma vie”, déclare-t-il.

Les témoignages vivants du crime

Le prête Kouakou est témoin des faits. “Ce jourlà, nous étions en train de manger au réfectoire du centre aux environs de 12 heures. Lorsque Toé est venu, il nous a salué et a commencé à poser des questions sur son contrat avec le centre. Je lui ai dit de se calmer, on va régler cela après le repas. Il ne m’a pas écouté. Dans les discussions, il a poignardé le prêtre Fernando et moi j’ai pris la fuite”, a-t-il témoigné.

Autre témoin dans cette affaire, Lamoukiri Michel, élève au Lycée Don Bosco. ” Le jour des faits, nous étions en pleine composition. J‘ai décidé de rester à l’école pour réviser mes leçons. Aux environs de 12h 45mn, je voulais sortir chercher quelque chose au kiosque à manger. Sur mon chemin, j’ai aperçu le prête Germain qui criait au secours. Moi aussi, j’ai appelé au secours. En même temps, j”ai signalé à un homme qui venait avec sa voiture et on l’a transporté à l’hôpital. Il était gravement blessé puisque son corps était couvert de sang”, a-t-il détaillé devant les juges.

Le prêtre Placo Germain, victime de coups et blessures a dit ce qu’il a vécu ce jour. ” Nous étions en train de prendre le déjeuner Toé est rentré dans le réfectoire. Arrivé, il a demandé de voir son cas sinon le monde entier entendra parler de lui. Le temps que je lui parle, il avait déjà donné un coup de couteau à Fernando. Les autres ont pris la tangente et moi j’ai tenté d’intervenir. C’est là qu’il m’a donné 11 coups de couteau. J’ai escaladé le mur et il m’a poursuivi jusqu’au dehors. J’ai été assisté par des gens qui m’ont transporté au CMA de Dafra avant d’être évacué par la suite en Italie pour des soins. Dieu merci, aujourd’hui je suis guéri“, a-t-il relaté.

Le procureur général a qualifié ces faits d’assassinat. Sur ce, requiert de déclarer Toé Alidou coupable d’assassinat. En guise de sanction, il a demandé à la Cour de le condamner à la prison à vie en ordonnant la confiscation des trois couteaux.

La chambre criminelle dans son délibéré, l’a déclaré coupable des faits d’assassinat. En répression, le condamne à la peine d’emprisonnement à vie. En outre, ordonne la confiscation des trois couteaux ayant servi à commettre le forfait.

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
vel, libero porta. nec commodo elit. id dolor. mattis lectus velit, sed