Attaques terroristes meurtrières : encore et toujours Djibo !

Les attaques terroristes contre les détachements militaires, tous les éléments des Forces de défense et de sécurité qui ont fait Djibo en savent quelque chose. Les attaques terroristes contre les populations civiles, à Djibo, on en sait beaucoup de choses. Le blocus, total ou partiel, Djibo et ses habitants en savent bien de choses. Les attaques contre les convois de ravitaillement, à Djibo, on en sait quelque chose. La famine, à Djibo on en sait quelque chose.

Ainsi, malgré elle, la ville de Djibo est devenue l’épicentre des attaques terroristes où les Groupes armés terroristes vont et viennent, attaquent et tuent Forces de défense et de sécurité, Volontaires pour la défense et de la patrie et populations civiles ; et où encore ces mêmes Groupes armés terroristes pillent, volent bétail et incendient greniers et autres biens ce qu’ils ne peuvent pas emporter. Djibo, c’est la ville martyre des attaques terroristes ; Djibo c’est aussi et surtout des populations résilientes. Mais que faire pour Djibo puisque la situation ne peut rester telle ?

A l’analyse, il y a un gros et sérieux travail à faire à Djibo. C’est là-bas qu’on a le plus perdu de soldats et de populations civiles. C’est aussi là-bas qu’ont été enregistrés les plus grands dégâts matériels, militaires ou civils. Pourquoi donc Djibo ? La réponse à cette question est sans doute difficile à trouver dans l’immédiat. Mais, le fait que c’est à Djibo, et pratiquement à Djibo seul que se concentrent les attaques terroristes est un signe pour ne pas dire un symbole. En se focalisant presque sur la commune de Djibo, chef-lieu de la province du Soum, les Groupes armés terroristes semblent vouloir en faire leur capitale. Aussi, tout ce qui est administration n’est pas le bienvenu. Tout ce qui peut les en empêcher (tel que l’armée), ils en sont hostiles.

Malheureusement, on a l’impression que la lutte armée ne porte pas suffisamment de résultats à Djibo. Est-ce à dire que les combattants terroristes y sont plus armés, plus aguerris ou maitrisent mieux le terrain ? A Djibo aussi, on a l’impression que notre armée subit plus de coups qu’elles n’en portent à l’ennemi. Autrement, l’initiative des combats viennent presque pratiquement des Groupes armés. Ce qui la rend vulnérable. Se contentant simplement de riposter et de repousser l’ennemi quand elle le peut. Malheureusement non sans subir de grosses pertes.

A Djibo, il y a eu des débuts de dialogue avec les groupes armés terroristes. Des accords avaient presque été conclus. Que sont-ils devenus ces accords ? Tous les protagonistes étaient-ils et sont-ils toujours dans la dynamique de s’entendre pour qu’enfin vive Djibo et ses habitants ? Les Groupes armés terroristes ne peuvent pas être aussi maniaques au point d’empêcher le ravitaillement de Djibo en vivres dont eux-mêmes sont bénéficiaires ? Le temps est venu, pour qu’enfin, on se dise la vérité sur ce qui va et ce qui ne va. Autrement, tant qu’on continuera de jouer à la politique de l’Autriche, nous serons toujours dans la merde !

Dabaoué Audrianne KANI

Fermer le menu
Curabitur dictum Donec quis quis, ut