Au palais de justice : 6 ans d’interdiction d’exercer requis contre un chef d’agence de banque

Le chef d’agence d’une banque à Bobo-Dioulasso ” B.S” et deux autres personnes ont comparu devant les juges de la chambre spéciale du pôle économique et financier du pôle judiciaire (Ecofi) ce lundi 19 juin 2023. Il est soupçonné d’avoir soustrait la somme de 55.900.000 F CFA appartenant à des clients de ladite banque.

Tout à commencer avec la plainte d’une dame, cliente de la banque, en février 2023. Cette plainte porte sur des irrégularités de retrait sur son compte bancaire. C’est ainsi que le parquet va renvoyer le dossier pour enquête. En début mai 2023, un contrôle interne diligenté par le responsable de la banque va révéler un manquement de plus de 16 millions F CFA. Pour faire toute la lumière sur ce manquement, il saisit aussitôt le commissariat central de police de Bobo.

A la suite des enquêtes policières, le chef d’agence de ladite banque, “B.S” est interpellé puis placé sous mandat de dépôt le 12 mai 2023. Par la suite, deux autres agents de la banque dont un caissier et un contrôleur interne seront également interpellés comme étant des complices. Ces derniers vont rejoindre à leur tour la Maison d’arrêt et de correction de Bobo-Dioulasso le 17 mai 2023. Selon le parquet, la banque a établi un rapport d’un manquant de 55.900.000 F CFA.

A la barre, les trois prévenus reconnaissent les faits qui leur sont reprochés. Dès les premiers moments du procès, le chef d’agence dit avoir soustrait des sommes d’argent des comptes de clients qu’ils connaissent bien. Et le juge de l’interroger sur ce qu’il a fait de la somme totale. “J’étais confronté à des difficultés familiales. J’ai utilisé l’argent pour construire un logement familial à Abidjan. J’ai payé aussi une voiture” explique t-il. A la clôture des débats, le parquet au regard de l’article 333- 2 du code pénal demande de déclarer le chef d’agence coupable des faits de soustraction de biens dans le secteur privé.

Au titre des réclamations l’avocat de la banque a demandé au tribunal de condamner “B.S”  à lui payer à son client la somme de 55.900.000 F CFA et dit qu’il a déjà reversé 2 millions F CFA. A cela s’ajoute les intérêts légaux sur ladite somme à compter du 12 mai 2023. En plus, l’avocat réclame la somme de 10 millions F CFA pour des dommages et intérêts et 1 million pour les dépenses.

Au titre des peines, le parquet requiert contre lui la peine de prison de 36 mois dont 24 mois ferme et une amende de 167.700.000 F CFA, ferme. En outre, requiert que le tribunal lui interdise d’exercer toute activité bancaire pendant 06 ans. Quant aux deux complices, le parquet a demandé leur relaxe au bénéfice du doute.

Le verdict est attendu le 07 juillet 2023.

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
felis Aenean suscipit mattis diam ut et, elementum consectetur