Audience des médias au Burkina Faso : Le FAPP lance une enquête nationale

Le Fonds d’appui à la presse privée (FAPP) en collaboration avec l’Institut national des statistiques et de la démographie (INSD) a entamé un processus de réalisation d’une enquête sur l’audience des médias dont l’objectif est entre autres de répertorier l’ensemble des médias, mesurer leur audience dans les 45 provinces et les classer selon leur popularité.

Le FAPP demande l’accompagnement des patrons de presse pour la réussite de cette enquête

A cet effet, une rencontre d’information a été initiée le 10 septembre 2020 par le Fonds en son siège à Ouagadougou pour informer les hommes des médias sur la réalisation d’une telle étude d’envergure nationale.

En effet, en vue de cerner les attentes des populations vis-à-vis des medias et voir dans quelle mesure apporter des améliorations, le Fonds d’appui à la presse privée (FAPP) prévoit une enquête d’envergure nationale qui se déroulera dans le mois d’octobre prochain. Selon Bê Palm, directeur général, ce processus se justifie dans un contexte marqué par la rareté des ressources, la fermeture d’un certains nombre d’organes de presse, la rareté des recettes publicitaires et des annonces considérées comme la principale source des médias et l’apparition de nouvelle forme de communication sur les réseaux sociaux, caractérisé par un marasme économique au niveau de la presse ». Cette étude va donc, de son avis, « non seulement aider le FAPP à permettre le développement du secteur en interrogeant les rapports entre les publics et les medias au regard de l’évolution rapide des TIC, mais aussi de mieux orienter ses actions en faveur des entreprises de presse privée ».

Le directeur général adjoint (DGA) de l’INSD, Bernard Béré, quant à lui a expliqué que  cette enquête se distingue des sondages habituels dans la mesure où elle  interrogera à peu-près 28 000 personnes âgées d’au moins 15 ans issues de 8 000 ménages à travers une méthodologie de type aléatoire, avec deux types d’informations qui seront recueillies tant auprès des médias qu’auprès des populations. Trois phases sont prévues pour la réalisation de cette étude, selon Beb-Zinda Zongo, ingénieur statisticien économètre, expert de l’institut, que sont le traitement de la méthodologie de l’étude, l’enquête pilote, la collecte, l’exploitation des informations obtenues et le rapport.

A entendre le DGA/INSD, un certain nombre de travaux à cet ont d’ailleurs déjà été effectués à savoir la méthodologie et les outils utilisés en plus d’une enquête terrain pour tester les outils, menée à Loumbila, à Kombissiri, à Ouagadougou en vue de recenser les différentes difficultés afin de trouver des solutions palliatives. Il a par ailleurs informé que le coût de cette étude est d’environ 120 millions de F CFA et le rapport est prévu pour être prêt d’ici fin décembre.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
pulvinar Sed quis, consectetur libero Aenean sit