Bobo/Arrondissement n°1 : Au menu, la problématique des méthodes contraceptives

Le Conseil municipal de l’arrondissement n°1 de Bobo-Dioulasso a tenu les vendredi 25 et samedi 26 juin 2021, sa deuxième session ordinaire de l’année. A son ouverture, 5 points à l’ordre du jour, dont un échange autour de la problématique des méthodes contraceptives.

 Après vérification du quorum qui était atteint, le Conseil de l’arrondissement n°1 a débuté la présente session par une minute de silence à la mémoire des disparus du fait du terrorisme au Burkina Faso.

Concernant le point en rapport avec la problématique des méthodes contraceptives, son inscription à l’ordre du jour a pour but d’échanger et faire le point sur un projet y relatif, datant de 2020, à en croire les propos d’Ousmane Coulibaly, maire de l’arrondissement 1.

Le conseil, a-t-il fait savoir, a eu des échanges avec des membres d’un projet de l’US AID en 2020, autour des méthodes contraceptives. Les échanges, a-t-il continué, se sont étendus à la population et « actuellement, c’est le suivi ».

Il a été donc question à cette deuxième session ordinaire, d’échanger avec les membres du projet et relever les acquis et les insuffisances liés à ces méthodes contraceptives. Ousmane Coulibaly n’a cependant pas manqué de rappeler que l’application de ces méthodes contraceptives est pour le bien-être de la population en général et de « nos sœurs et nos filles » en particulier.

Avant l’adoption des points inscrits à l’ordre du jour, des conseillers ont souhaité un point en rapport avec la gestion des ordures ménagères dans l’arrondissement 1. Se référant aux propos du maire Ousmane Coulibaly, ce souhait est tout à fait justifié.

Selon lui, il n’y a plus d’espace à l’arrondissement 1 de Bobo. Et «la gestion des ordures pose énormément de problèmes au sein de notre arrondissement », a-t-il relevé. Il est nécessaire pour lui de renvoyer ce point au sein des commissions pour échanger, avant de le renvoyer à une session, qu’elle soit ordinaire ou extraordinaire, pour trouver des voies et moyens pour soulager la population.

A l’ouverture de cette session, le mandat de deux nouveaux conseillers a également été validé. Il s’agit de celui de Zackaria Sanon et de Dgiénou Drissa. Ils remplacent respectivement Adama Sanon et Fousséni Sanon, tous démissionnaires.

Abdoul-Karim Etienne SANON

Fermer le menu
Aliquam accumsan risus sem, Praesent consectetur sed ut venenatis,