Cession des actions de Bolloré AfricaLogistics au groupe MSC : Les emplois et les engagements vis-à-vis des partenaires publics et privés préservés

Le groupe Bolloré a annoncé qu’il a accepté d’étudier une offre de rachat de 100% des actions de Bolloré AfricaLogistics par le groupe MSC, un partenaire de longue date, leader mondial du commerce maritime et premier armateur de navires porte-conteneurs. Ce groupe a connu une forte croissance en Afrique ces dernières années avec des investissements importants et il nourrit de grandes ambitions pour le continent africain. Par ailleurs, il est également opérateur ferroviaire en Europe.

Cet intérêt du groupe MSC est aussi la reconnaissance de la stratégie déployée en Afrique par Bolloré AfricaLogistics et le groupe Bolloré durant les dernières décennies, et ayant fait de ce groupe, le leader des activités logistiques, portuaires et ferroviaires sur le continent. En effet, par les investissements réalisés dans les infrastructures, à la qualité et au professionnalisme de ses équipes et à la densité de son réseau, le groupe Bolloré contribue à améliorer la fluidité et la productivité des opérations logistiques en Afrique au bénéfice de ses clients et des économies des pays que nous desservons.

Selon les premiers responsables du groupe Bolloré, le projet du groupe MSC est de conserver Bolloré AfricaLogistics comme une entité autonome, maintenir l’organisation actuelle et bien entendu les emplois. Par ailleurs, tous les accords et engagements pris par le groupe Bolloré vis-à-vis de ses clients, partenaires étatiques et privés seront maintenus et exécutés tels que conclus.

Pour ce qui est du réseau ferroviaire Abidjan – Ouagadougou, au cas où ce projet de cession se réaliserait, ce sont les mêmes équipes et employés de SITARAIL qui vont continuer à opérer le chemin de fer entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. En réalité, dans ce projet, seul l’actionnaire change. Il n’aurait pas de conséquence sur l’entreprise qui serait toujours détenue comme aujourd’hui par Bolloré Railways elle-même détenue par Bolloré AfricaLogistics.

Le groupe précise que, comme dans toute concession, la totalité des infrastructures et des biens nécessaires à l’activité, qualifiés de « biens de retour », restent toujours la propriété des Etats, quelle que soit l’entité opérationnelle en charge de les gérer pour la durée convenue avec les Etats. Ce serait alors un non-sens de parler de bradage du patrimoine national.

Du reste, Il s’agit d’une opération transparente qui concerne plusieurs entités du groupe dans plusieurs pays et qui a fait l’objet d’une communication publique.

Jules TIENDREBEOGO

Fermer le menu
quis nunc tempus venenatis, Donec elit. consequat. risus. lectus nec ante. in