Commission épiscopale Justice et Paix du Burkina : « Sur le chemin du dialogue » dans les Hauts-Bassins

La Commission épiscopale justice et paix du Burkina (CJP Burkina) a organisé ce 30 novembre 2023 le forum régional des Hauts-Bassins sur la cohésion sociale. A cette activité, plusieurs leaders coutumiers et religieux de la région étaient conviés.

La tenue de ce forum entre dans le cadre de la mise en œuvre du Projet « Sur les Chemins du Dialogue ! », cofinancé par la Conférence Épiscopale Italienne (CEI) et mis en œuvre par Progettomondo en partenariat avec la Commission épiscopale Justice et Paix (CJP). Ledit forum vise globalement à renforcer les capacités des leaders des communautés et des confessions religieuses de sorte qu’ils puissent développer des initiatives de valorisation et de promotion de la paix et de la cohésion sociale, selon l’Abbé Anselme Sanon, coordonnateur de la CJP à Bobo.

Durant cette activité, cinq communications étaient au programme. Parmi lesquelles celle sur le mécanisme de la cohésion sociale, assurée par Armand Héma. Dans sa communication, ce dernier dit par exemple que la cohésion sociale est le vivre ensemble harmonieux et paisible des communautés qui permet un accès équitable aux ressources, cultive les valeurs collectives partagées dans le respect des droits humains, des lois et institutions de la république, tout en réduisant les inégalités sociales. Armand Héma a aussi parlé des facteurs favorables à cette cohésion sociale. Il s’agit de l’organisation des activités culturelles, traditionnelles ou coutumières, la valorisation du patrimoine culturel, entre autres.

 

Blaise Sanou, de la caste des forgerons de Tounouma, participant à ce forum, trouve que c’est une belle initiative.  Dit-il que cela fait plusieurs années que le Burkina Faso fait face à un problème de cohésion sociale. Pour sa part, à l’entendre, il est un habitué dans la résolution des problèmes de cohésion sociale, grâce à son appartenance à la caste des forgerons. Pour lui, il faut « qu’on enseigne nos valeurs à nos enfants. Aujourd’hui, nous ne sommes ni Blancs, ni Noirs », regrette-t-il. Avant d’ajouter qu’il faut que tout le monde connaisse sa place, pour pouvoir jouer le rôle qu’il doit jouer.

Abbé Anselme Sanon, coordonnateur de la CJP à Bobo

Notons que la commission épiscopale justice et paix est une organisation de l’Église catholique, chargée de promouvoir la justice et la paix au niveau national, diocésain et paroissial. C’est donc une organisation confessionnelle dans son origine, mais non dans son but. A travers cette organisation, l’Église entend engager dans un même combat, la communauté ecclésiale toute entière et aussi « tous les hommes et femmes de bonne volonté qui s’efforcent de servir le bien commun ».

Abdoul-Karim Etienne SANON

Fermer le menu
mi, elementum elit. porta. diam ante. Sed quis, felis at Donec libero