Commune de Bobo : Des polémiques sur le cimetière de Ouezzin ville

Lors de la formation des agents municipaux de la ville de Bobo sur leurs droits et devoirs qui a débuté ce lundi 11 janvier 2021, le maire Bourahima Sanou s’est également prononcé sur la question du cimetière de Ouezzin ville qui fait polémique dans la commune.

Le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou

Le cimetière de Ouezzin ville qui défraie actuellement la chronique dans la ville de Bobo est actuellement en passe d’être réhabilité pour accueillir de nouveaux corps. Certaines personnes veulent s’y opposer. Selon le maire Bourahima Sanou, « on a été surpris que les gens nous disent qu’ils ne voudraient plus un cimetière là-bas, mais ils voudraient une école ou une formation sanitaire. Ce cimetière est resté pendant des années à ciel ouvert avec tous les dangers qu’on cannait. Aujourd’hui qu’on décide de venir faire la clôture et de recommencer les inhumations dedans, des gens sortent pour dire qu’il y a un problème derrière. Tant que je serai maire, l’aménagement du territoire qui a prévu que c’est un cimetière, il restera un cimetière. Si quelqu’un un jour a des raisons pour déclasser cela, il y a toute une procédure pour qu’on puisse déclasser pour dire que dorénavant le cimetière de Ouezzin ville ne sera plus un cimetière. Je voudrais dire aux gens que nous ne travaillons pas à transformer les cimetières en autre chose. Et rassurer les uns et les autres que personne ne viendra acheter un cimetière pour dealer quoi que ce soit ».

Pourtant l’aménagement du territoire prend en compte tout ce qui devrait être cimetière ou école. A un moment, le comité de réhabilitation des cimetières, une organisation de la société civile travaillant par le volontariat. Ses responsables sont allés vers la commune pour demander à l’appuyer à avoir des cimetières dignes de ce nom. Ce que la mairie a accepté. Et le comité a donné un bel exemple en réhabilitant le cimetière route de Balankélédaga. Après la réhabilitation de ce cimetière, le comité a proposé la réhabilitation d’autres cimetières. Ce qui lui a été accordé par délibération du Conseil municipal, et qu’il aide la mairie à réhabiliter tous les vieux cimetières.

En rappel le comité de réhabilitation est composé de toutes les tendances religieuses, coutumières et qui sont d’accord que le cimetière peut être réhabilité pour y enterrer à nouveau des corps.

Casimir Seyram KAVEGUE

Fermer le menu
massa risus velit, pulvinar libero Aenean id Curabitur eget neque. nec Praesent