Conseil supérieur de la magistrature : Œuvrer dans l’intérêt de la cohésion sociale et du justiciable

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a rencontré le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), le jeudi 25 février 2021 à Kosyam.

Le président du Faso a félicité les magistrats pour le travail abattu

«La justice burkinabè entre besoin d’indépendance et besoin de complémentarité avec les autres pouvoirs». C’est sous ce thème que s’est tenue la rencontre entre le président Roch Kaboré et les membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) au palais présidentiel. Cette rencontre statutaire a pour objectif de faire le point sur le rendement des juridictions au cours de l’année écoulée. Au cours de cette occasion, les participants ont fait le point de la performance du système judiciaire de façon générale, le point des efforts déployés par la magistrature  et apprécié le travail qui a été fait. «Au regard de ce que nous avons examiné ensemble, nous pouvons féliciter les magistrats pour le travail qui a été abattu dans un contexte difficile aussi bien au plan sécuritaire que social», a déclaré le président du Faso. Il a félicité tous ceux qui sont dans les zones à haut risque et qui mènent courageusement leurs activités. Car, la justice doit être rendue partout au Burkina Faso. Les difficultés ont été aussi examinées, notamment celles liées aux matériels, aux équipements et aux infrastructures. «Nous nous sommes engagés pour trouver des solutions idoines afin de permettre à la justice de jouer son rôle», a relevé le président du Faso. La question de l’indépendance de la justice et la nécessité de travailler avec les autres institutions on été aussi abordées. Selon le Roch Kaboré, l’Etat de droit et la question de l’indépendance de la justice sont une quête permanente, car la justice doit travailler dans l’intérêt de la cohésion sociale et dans l’intérêt du justiciable.

Jules TIENDREBEOGO

Fermer le menu
Donec commodo porta. ante. pulvinar nec Sed