Coopération sino-burkinabé : Un début encourageant pour un futur encore plus prometteur

Le message de l’ambassade de la République populaire de Chine au Burkina Faso, Li Jian, à l’occasion du 2ème anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et le Burkina Faso.

Le 26 mai de cette année marque le deuxième anniversaire du rétablissement des relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et le Burkina Faso. Au cours des deux dernières années, sous la volonté et l’impulsion du Président Xi Jinping et du Président Roch Marc Christian Kaboré, les relations entre les deux pays se sont approfondies et consolidées. Ensemble, les deux pays ont établi les premières bases au niveau politique en respectant les intérêts mutuels et en partageant les voies réussies de développement. Un modèle de coopération multidimensionnelle et gagnant-gagnant prend forme avec plusieurs projets concrets gratifiants et une amitié Chine-Burkina Faso profondément enracinée dans les cœurs des deux peuples.
Toujours attachée au principe du bénéfice mutuel et de coopération gagnant-gagnant, la Chine a étroitement coopéré avec la partie burkinabè dans le but de contribuer au développement socio-économique du Burkina Faso selon les besoins réels du peuple burkinabè. Le gouvernement chinois a pris des dispositions spéciales pour soutenir la mise en œuvre du projet de résorption des écoles primaires sous paillotes ainsi que les projets des engagements nationaux. Cela a permis la construction de 100 nouvelles écoles primaires, de nombreux Centres de Santé et de Promotion Sociale (CSPS), des forages et plusieurs autres infrastructures dont les travaux ont été effectués par des entreprises des deux pays. Tout en respectant les décisions prises par la partie burkinabè, la Chine est bien préparée à réaliser le projet de construction du CHU de Bobo-Dioulasso. Cet hôpital qui possédera 500 lits améliorera efficacement les conditions d’accès aux soins dans la région. Ce projet sera exécuté une fois que le site d’implantation sera déterminé. Les autres projets, quant à eux, ont tous connu une avancée significative: l’accord-cadre du projet « Smart Burkina » a été déjà signé; le projet de renforcement du système d’AEP dans quatre villes du Burkina Faso a été inclus dans la réserve des projets du prêt préférentiel de l’Agence Chinoise de Coopération Internationale pour le Développement (CIDCA); le parc de fitness de l’amitié sino-burkinabè a été inauguré le 15 mai dernier, ce qui offre aux Ouagalais une nouvelle option pour les loisirs et le sport.

« Il vaut mieux apprendre aux gens à pêcher que de leur donner du poisson ». C’est la conviction à laquelle la Chine s’est toujours identifiée dans sa coopération bilatérale. Elle s’efforce ainsi de promouvoir les échanges d’expertise et d’expériences pour accompagner le Burkina Faso à faire de sa ressource humaine un véritable facteur de développement. Les experts chinois sont venus au Burkina pour partager leurs savoirs-faires. Les missions chinoises de l’agriculture et de la formation professionnelle ont enseigné aux Burkinabè leurs techniques et leurs technologies sans aucune réserve. Les zones de démonstration de culture de riz et de mil ont permis d’avoir un niveau de production record. La vulgarisation de cette expérience est en cours. Des centaines de jeunes burkinabè ont bénéficié d’une formation professionnelle dans plusieurs domaines dont la mécanique de précision, l’électricité bâtiment etc. Les enseignants chinois ont aussi mis leur savoir dans des documents pouvant servir de guides aux apprenants. Les médecins chinois sont avec le peuple burkinabè pour sauver des vies. Ayant effectué plusieurs consultations bénévoles dans des zones rurales, la mission médicale chinoise a fourni des soins gratuits à près mille habitants ruraux. Les « Actions de lumière » effectuées en 2018 et 2019 par des médecins en ophtalmologie venus de Wenzhou en Chine a guéri, à titre gratuit, environ 400 patients malades de cataracte au Burkina Faso. Les Burkinabè se dirigent vers la Chine pour renforcer leurs capacités et leurs connaissances. En 2018, tout juste après le rétablissement des relations diplomatiques, une quatre-vingtaine de Burkinabè issus du gouvernement, des associations à but non lucratif et d’autres domaines se sont rendus en Chine pour prendre part à des sessions de formation. En 2019, ce chiffre avoisinait 800. Aujourd’hui en Chine, plus de 100 jeunes burkinabè financés par le gouvernement chinois sont en train de se perfectionner dans les universités.
La Chine partage la même douleur du peuple burkinabè qui souffre des attaques terroristes et a toujours fermement soutenu les efforts du gouvernement burkinabè pour lutter efficacement contre ce fléau et restaurer la paix et la stabilité. Depuis le rétablissement de nos relations, plus de 60 membres des Forces de défense et de sécurité burkinabè (FDS) ont bénéficié d’une formation militaire en Chine. Avec l’envoi réciproque et fréquent des délégations militaires, les deux pays ont pleinement échangé sur la coopération en matière de paix et de sécurité. Le don militaire bilatéral de la Chine au Burkina est en cours de réalisation. Récemment, la Chine et l’Union africaine ont signé un mémorandum selon lequel la Chine fournira une assistance en matériels militaires d’une valeur de 60 millions de yuans soit plus de 5 milliards de FCFA à chacun des pays au G5 Sahel, y compris le Burkina Faso. Face à la crise humanitaire engendrée par le terrorisme, la Chine a offert à l’Etat burkinabè plus de 5000 tonnes de riz comme aide alimentaire et un don en devises dont le montant s’élève à un million de dollars US soit plus de 600 millions de FCFA à titre d’aide humanitaire d’urgence. À l’heure actuelle, la Chine se prépare à fournir de nouveau de l’aide l’humanitaire aux déplacés internes du Burkina Faso, dans l’espoir qu’ils puissent arriver le plus tôt possible pour aider les peuples vulnérables à surmonter les difficultés.
La montée de la COVID-19 cette année est un défi auquel est confrontée toute l’humanité. Face à cette crise sanitaire, veiller sur les uns les autres et s’entraider sont des choix de valeurs communes des peuples chinois et burkinabè. Le gouvernement chinois a ainsi fourni successivement deux lots de matériels médicaux antiépidémiques au Burkina, dont plus de 440 000 masques, 6 000 combinaisons de protection, 500 thermomètres frontaux, des gants, des réactifs, etc. Les respirateurs et autres équipements dont les hôpitaux burkinabè ont besoin en urgence sont également en cours d’acheminement. La Commission nationale de la santé de Chine a organisé trois vidéoconférences sur l’échange de connaissances et d’expériences antiépidémiques afin de fournir les informations les plus actuelles et les conseils les plus professionnels aux experts burkinabè. Les gouvernements locaux chinois, les entreprises chinoises telles que Alibaba, les organisations sociales, les sociétés et les ressortissants chinois au Burkina ont tous fait don de fonds et des tonnes de matériels avec enthousiasme à l’Etat burkinabè pour lutter contre l’épidémie. À l’invitation du Président Kaboré et du gouvernement burkinabè, une mission d’expertise médicale chinoise est arrivée à Ouagadougou le 16 avril dernier en tant que toute première équipe d’experts envoyée par le gouvernement chinois pour assister la lutte des pays africains contre le Covid-19. Pendant deux semaines, les 12 experts ont visité les institutions médicales au “front” et partagé sans retenue les expériences de la Chine, en vue d’aider le Burkina Faso à améliorer sa capacité de réponse contre l’épidémie et à perfectionner son système de contrôle. Le centre d’isolement du CHU Yalgado Ouédraogo, dont la réhabilitation est financée par le gouvernement chinois, devrait être achevé et mis en service d’ici la fin du mois de mai, ce qui permettra d’améliorer davantage les conditions d’isolement et de prise en charge dans le pays. La coopération médicale sino-burkinabè est ainsi devenue la prouesse la plus remarquable au moment du deuxième anniversaire de la reprise des relations diplomatiques des deux pays.
Depuis le retour à la normale, nous avons assisté à deux années de développement vigoureux et de bénéfices mutuels. Les fruits de la coopération sino-burkinabè ont profité aux peuples des deux pays en leur donnant plus d’espoirs pour l’avenir. La période actuelle est une opportunité historique que nous devons impérativement saisir pour rattraper le temps perdu. Dans cette optique, je propose aux amis burkinabè les initiatives suivantes :
Continuer à renforcer la confiance mutuelle entre nos deux pays pour une base politique de l’amitié plus consolidée. Le respect du principe d’une seule Chine est la condition politique préalable à nos relations amicales. La sauvegarde de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale est l’intérêt vital de nos deux pays. La reprise des relations diplomatiques sino-burkinabè est une décision conforme à la tendance historique et à l’opinion populaire. Par conséquent, les gouvernements et les peuples des deux pays doivent éliminer toutes sortes de perturbations extérieures, pour se donner mutuellement le soutien le plus ferme en matière de réunification nationale, de sécurité intérieure et de cohésion nationale, et ainsi établir des bases solides du développement futur des relations bilatérales.
Défendre conjointement le multilatéralisme et faire progresser la mise en œuvre d’un nouveau type de relations internationales. Aujourd’hui, le monde se trouve confronté à des changements majeurs inédits. Une première depuis un siècle. En s’attachant résolument aux principes de consultations étendues, de contributions conjointes et de bénéfices partagés, la Chine est prête à s’associer au Burkina Faso pour faire avancer le processus de démocratisation des relations internationales; s’opposer sans équivoque au protectionnisme, à l’unilatéralisme, à l’intimidation et la mentalité du “choc des civilisations”; protéger ensemble le multilatéralisme et le système de libre-échange et promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité. Nous devons également renforcer la force collective des pays en développement et s’efforcer constamment de créer un environnement de développement plus équitable et plus juste ainsi que des soutiens de l’extérieur pour le continent africain.
Améliorer sans cesse le mécanisme de coordination pour rendre la communication plus fluide et la coopération plus efficace. Davantage de fruits de la coopération sino-burkinabè sont impatiemment attendus par les peuples des deux pays. L’ambassade a donc le devoir impérieux de veiller à l’exécution des projets dans les plus brefs délais pour qu’ils profitent au plus grand nombre. Nous sommes disposés à renforcer la coordination et intensifier les échanges avec la partie burkinabè tout en faisant la promotion de la compréhension mutuelle. En nous efforçant de mettre en œuvre les projets existants, nous nous engagerons aussi dans la planification de la coopération bilatérale, pour lui insuffler un nouvel élan et trouver de nouvelles opportunités.
Cette année marque le 60e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso. L’année prochaine, la Chine entend également célébrer le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC) et franchira une étape clé vers la réalisation des objectifs des « Deux Centenaires ». À cet important point de jonction de l’histoire, les relations sino-burkinabè ont un bel avenir et la coopération entre les deux pays est fortement prometteuse. Les peuples chinois et burkinabè, en conjuguant leurs efforts et en partageant la même volonté, contribueront certainement davantage à la construction d’une communauté de destin Chine-Afrique solidaire et gagnant-gagnant !

Fermer le menu
dapibus ipsum Praesent quis, commodo ante. ultricies diam vulputate, Praesent nunc et,