Coronavirus, ils se vaccinent en Occident et nous ?

Depuis hier mardi 8 décembre 2020, la Grande-Bretagne a débuté la vaccination de masse de ses populations contre la maladie à Coronavirus. Dans quelques jours et semaines qui suivront, des pays comme la France, l’Allemagne, l’Italie, les Etats-Unis, le Canada …vont, à leur tour, vacciner leurs populations contre cette maladie. Ce qui pourrait leur permettre de se libérer très rapidement du joug des confinements et autres mesures très restrictives qui les empêchent de travailler convenablement et de développer leurs économies.

En Afrique pour l’instant, aucun pays n’a envisagé publiquement de vacciner sa population. Non pas parce qu’il ne le voudrait pas. Mais parce qu’il ne le peut pas. Les moyens financiers pour acheter le vaccin et matériels pour le conserver font défaut. Dans un tel contexte, que reste-t-il à faire ? Respecter les mesures-barrières, lever les mains et prier davantage Dieu afin qu’il répande sa miséricorde sur nous afin de nous protéger contre cette maladie. Sinon, rien d’autre ne peut nous épargner de cette maladie si elle devait sévir en Afrique comme elle l’est en Occident !

Il est indéniable que si le paludisme tuait en Europe où aux Etats-Unis comme il le fait en Afrique, on aurait très tôt trouvé le vaccin contre cette maladie. Malheureusement, comme ce n’est pas le cas, et en plus il fait vivre des multinationales et des coopérants, autant le laisser faire. Si le Sida, depuis son apparition jusqu’à nos jours faisait autant de malades et de morts dans les pays du Nord comme c’est le cas dans les pays du Sud, on aurait trouvé un vaccin. Mais, comme c’est le cas avec le paludisme qui fait vivre des multinationales occidentales (production d’ARV, de réactifs, de condoms…), on le laisse faire.

En effet, c’est une fois de plus la preuve qu’en Afrique, nous devons apprendre à compter sur nos propres forces, sur nos intelligences et sur nos capacités endogènes à relever par nous et pour nous-mêmes nos défis. Combien de personnes le paludisme ne tue-t-il par an pas en Afrique ? Surtout les femmes enceintes et les enfants ? Combien de personnes la faim et la malnutrition ne tuent-elles par an en Afrique alors que l’autre côté pourrissent les restes de nourriture ?

L’Afrique doit comprendre qu’elle ne doit rien attendre de fondamental de l’Europe et des autres pays de l’Occident. Elle a d’ailleurs cette chance (qu’on lui envie) qu’elle couve en elle-même les ressources de son propre développement, du bien-être de ses populations. Aussi, doit-elle comprendre que lorsqu’on lui fait les yeux doux, c’est tout simplement pour exploiter ses ressources.

Les pays n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Comment ce continent peut-il tirer profit de ses nombreuses ressources du sous-sol ? C’est sans aucun doute à cette importante question que les Afriques (politiques et intellectuels) doivent répondre si on veut éviter des crises de tout genre. Les générations montantes ne pourront plus attendre pendant longtemps. Le plus vite sera donc le mieux !

Dabaoué Audrianne KANI

 

Fermer le menu
ut in consequat. Phasellus tempus Sed mi, velit, quis,