Covid-19 et élections 2020 : Mesures barrières respectées aux minima pendant la campagne

Comme s’il s’agissait d’un sujet brusquement devenu tabou, la maladie du Coronavirus n’aura pas été une priorité pour tous au cours de cette campagne électorale. Aucune disposition particulière n’a été respectée en guise de mesures barrières dans les rassemblements, à l’image du relâchement général observé dans la société burkinabé par rapport à la lutte contre la pandémie. Les mesures barrières restent pourtant en vigueur même le jour du vote.

Formation d’agents communautaires dans le cadre de la lutte anti-covid 19 en période de campagne électorale au gouvernorat de Bobo-Dioulasso (une initiative associative)

Port de masque de protection sanitaire, distanciation physique, éternuement dans le coude, lavage de mains au gel ou au savon. C’est timidement que ces mesures sont respectées en plusieurs endroits et en ces jours-ci, aussi bien dans la rue qu’à l’entrée de certains édifices publics comme privés ! Le fait n’est pas nouveau depuis le déclenchement de la pandémie et une fois passée la période intensive de la lutte qui a connu un pic avec les quarantaines et les couvre-feux ! Malheureusement, la levée du couvre-feu et l’assouplissement des mesures restrictives ont été suivis d’un certain relâchement dans la lutte contre la propagation de la maladie. Beaucoup de  Burkinabé circulent sans se soucier outre mesure de ce fléau qui s’est abattu sur la planète entière sauf dans les endroits ou obligation est faite de porter un masque et de se laver les mains avant d’y avoir accès !

Les gels hydro alcooliques se font d’ailleurs de plus en plus rares devant les édifices et si ce n’est le savon qui diminue fortement de quantité, c’est carrément l’eau de lavage qui suffit de moins en moins ! Il y’a des exceptions, où ces mesures restent très strictes, mais comme toute exception, elles sont de plus en plus rares et ne font que confirmer la règle de négligences. La sensibilisation continue certes, mais pas avec le même degré d’intensité et on semble bien loin désormais des hebdomadaires rencontres Comité régional de lutte contre les épidémies au gouvernorat de Bobo, avec des dons réguliers de matériels de sources diverses à distribuer dans le cadre de cette lutte contre la propagation du Covid-19. Les rapports hebdomadaires sur l’évolution de la maladie aux plans national et régional continuent certes d’être produits….

Dans leur message électoral, les candidats n’ont pas totalement éludé la question du Coronavirus ; elle fut même à certains égards indirectement un thème de campagne. Mais généralement pour fustiger les insuffisances de l’adversaire, en l’occurrence les autorités actuelles ! Une réalité sociale visiblement exploitée de part et d’autre à des fins électoralistes ! Mis à part les lieux fermés répondant d’ordinaire à certaines normes sécuritaires et sanitaires renforcées à la faveur de la lutte contre la pandémie mondiale, et surtout en présence des plus hautes autorités, les mesures barrières ont généralement été négligées dans la majorité des rassemblements.

L’exemple le plus éloquent en la matière étant les grands rassemblements dans les stades aussi bien à Ouagadougou, à Bobo-Dioulasso que dans d’autres régions ou provinces. Le respect au minima des mesures de non propagation s’expliquant par le grand nombre de personnes rassemblées dans la quasi impossibilité d’exiger à chacun qu’il porte un masque, les précieux objets n’étant pas toujours disponibles en distribution gratuite ! Les lave-mains étant par ailleurs manifestement insuffisants ! Chacun ayant déjà été suffisamment sensibilisé par rapport au Covid-19, il est laissé à chaque citoyen responsable d’y veiller ! Telle semble être la logique actuelle par rapport au Coronavirus ! Reste que cela ne suffit pas à protéger tout l monde ! Il y’a donc lieu de souhaiter vivement que le jour du vote, les autorités et toutes les parties impliquées dans le processus électoral veuillent au strict respect des mesures barrières dans les différents lieux de vote ! Où le monde devra se retrouver et se frotter. C’est avant tout une question de santé publique !

Sibiri SANOU

Fermer le menu
commodo dolor odio Donec Aenean mi, justo