Dédougou : Des transporteurs en colère contre la délégation spéciale 

La délégation spéciale communale de Dédougou a procédé à l’ouverture officielle de deux infrastructures le 23 février dernier. Il s’agit du marché du secteur 6 et de la gare routière. Cette ouverture a suscité la colère chez les transporteurs qui dénoncent des insuffisances dans la réalisation de la gare routière.  

Des transporteurs ont manifesté leur mécontentement à l’issue de la cérémonie d’ouverture de la gare routière de Dédougou le 23 février dernier. En effet, après l’ouverture de l’infrastructure, ces transporteurs reprochent à la délégation spéciale d’une part de ne pas les avoir associés aux travaux et dénoncent d’autre part des insuffisances dans la réalisation de la gare qui, selon eux, ne reflète pas le plan et le croquis prévus.

« Est-ce que réellement on peut parler de 500 millions ?»

« Au début on nous a dit que tout devait être pavé. On nous avait parlé du local de la police municipale à part, un petit CSPS, et plus de vingt guichets, un hôtel. On trouve maintenant qu’Il n’y a pas de guichet », s’indigne Drissa Guiré, membre de l’OTRAF de Dédougou.

Pour les mécontents, les parkings ne répondent pas aux normes des parkings de car, la grande porte est étroite et les magasins font face à l’extérieur de la gare. « Ce hangar, est-ce que réellement on peut parler de 500 millions ?» Interroge Drissa Guiré, visiblement en colère.

« L’ancienne gare est encore mieux que la nouvelle »

Les transporteurs réclament également leur cahier de charges qui leur avait été remis pour le suivi des travaux et qui a été par la suite retiré par les autorités communales. « Ils ont pris notre cahier de charges pour faire une copie et on ne nous l’a jamais remis », dixit Drissa Guiré. Ces transporteurs remontés demandent aux autorités régionales et nationales de se pencher sur ce problème, car rien ne doit rester impuni.

« En vérité, la gare n’est pas de notre goût. Le plan n’a pas été respecté. Même s’ils avaient laissé l’ancienne gare comme telle, ce serait encore mieux que la nouvelle », martèle Lassina Sako un autre transporteur.

Les transporteurs n’entendent pas occuper la gare dans ces conditions. Des concertations entre eux seraient en cours pour mieux agir.

La réalisation de ladite gare aurait couté la somme de 483 226 218 F CFA, et celle du marché du secteur 6 estimé à 181 773 900 F CFA. Ces infrastructures ont été financées par la Banque mondiale à travers le ministère en charge des transports et réalisées grâce à l’appui de l’ACOMOD-Burkina.

Suite à la manifestation des transporteurs, une source proche de la délégation spéciale communale indique que ces acteurs n’ont aucun engagement avec la mairie et ne sont pas des transporteurs en commun. Une réaction qui laisse croire que nous nous acheminons vers un bras de fer entre la délégation spéciale et les transporteurs. Pour l’heure, les transporteurs ne sont pas prêts à occuper cette gare si la lumière n’est pas faite sur certains aspects de la réalisation de la gare.  Au moment où nous mettions sous presse cet article une source proche des mécontents nous informe que des échanges sont prévus avec les autorités régionales au cours de la semaine.

Arnaud Lassina LOUGUE/

Correspondant

Fermer le menu
ultricies tristique felis justo suscipit venenatis, quis, diam leo. id fringilla