Génération des trois Testaments : Ils ont juré de suivre les pas de Djafar

Le Comité Culturel de la Génération des trois Testaments a organisé un prêche dans la nuit du lundi 18 octobre au plateau omnisport de Yéguéré, secteur 10 de Bobo-Dioulasso. Ce prêche s’inscrit dans le cadre de la célébration de Maouloud 2021.

A l’instar des autres fêtes musulmanes, chaque année, les fidèles musulmans célèbrent Maouloud qui correspond à la naissance du prophète Mahomet. Cette année, c’est sous les thèmes paix, sécurité et cohésion sociale que le prêcheur Hema Abdoulaye Ouattara a transmis son message. Au cours du prêche, il a pris le soin d’expliquer le vrai sens du Maouloud aux fidèles musulmans. Selon lui, « Maouloud signifie la naissance du prophète Mahomet qui correspond au moment où Dieu lui a fait la révélation. Et, que cette naissance n’est autre que le jour où le prophète a reçu la parole de Dieu et l’a acceptée. Le prophète Mahomet avait 40 ans. C’est cette naissance du prophète que nous célébrons chaque année ». « En outre, nous lançons un appel à tous les Burkinabè de s’unir autour des trois livres saints à savoir, la Torah, l’Evangile et le Coran, pour qu’ensemble nous puissions vivre en paix », a conclu-t-il.

L’esprit n’était pas qu’au Maouloud

A Bobo-Dioulasso, la célébration de Maouloud 2021 a été entachée par la disparition du guide spirituel du CCGT, Djafar, un grand prêcheur de renommer. Son décès est survenu le vendredi 15 octobre à Abidjan, soit 72 heures avant le Maouloud.

 Idrissa SAGNE, fidèle musulman

« Maouloud signifie la naissance du prophète Mahomet, plus précisément le jour de la révélation. Pour certains, Maouloud correspond à la naissance physique du prophète. Non ! Mahomet au départ n’était pas musulman, il n’est né trouver que ses parents étaient des animismes. C’est au moment qu’il a atteint les 40 ans que Dieu lui a fait la révélation. C’est cette naissance que nous célébrons. Nous, nous prions Dieu pour que notre pays le Burkina Faso soit en paix. Nous sommes tristes, car nous avons perdu notre guide. Que Dieux l’accueille dans son paradis. Nous allons suivre ses pas pour ne pas perdre les valeurs qu’il a laissées au vu de tout le monde».

 Adama Fofana, président du CCGT

«Nous sommes vraiment tristes de la nouvelle de la disparition de notre guide, Hema Djafar Ouattara. C’est une grande perte pour nous et le monde entier. Mais, ce qui nous console aujourd’hui, c’est qu’il nous a laissé beaucoup de connaissances et de leçons sur la religion. Il était l’espoir de nombreuses veuves et orphelins. Si nous pensons à cela, nous gardons espoir. Nous voulons rester toujours soudés pour pouvoir continuer sur cette lancée».

Ben Alassane DAO

Fermer le menu
dolor. commodo eget Lorem nunc felis facilisis libero