Dédougou : Encore des inondations à Moundasso

La pluie de la nuit 13 juillet 2020 n’a pas fait seulement d’heureux producteurs agricoles. Elle a aussi fait des sinistrés et de nombreux dégâts matériels à Moundasso, dans les encablures de la ville de Dédougou. Sont de ces sinistrés les frères Carmes de Dédougou. Les eaux de la ville se sont dirigées vers le monastère du Carmel et le centre spirituel Dii Alfred DIBAN.

Des bâtiments inondés, du matériel informatique et des livres submergés pas les eaux et des murs effondrés pour laisser le passage à l’eau. Les pensionnaires du monastère du Carmel Sacré Cœur des frères CarmesDéchaux, se sont réveillés ce 13 juillet les pieds dans l’eau. Une pluie s’est abattue sur la ville de Dédougou et ses environs. Depuis les travaux de construction et de bitumage de la route nationale 10 reliant Dédougou à Koudougou, suivi des travaux dans le cadre des festivités du 11-Décembre 2014, presque chaque année, le centre est victime d’inondations dues aux eaux de la ville. Selon le Père Florent TRAORE, Supérieur de la communauté des frères Carmes à Dédougou, les autorités régionales ont déjà été interpellées, sans suite. « Cela fait déjà plus de quatre fois que nous interpellons les autorités de la région et du pays sur les inondations qui ont lieu au Carmel et au Centre Spirituel Alfred Diban de Moundasso, depuis la construction de la route Dédougou-Koudougou et surtout avec les aménagements de la ville dans le cadre du 11-Décembre 2014 à Dédougou qui ont orienté toutes les eaux de la ville vers notre site», se souvient le Prieur des lieux. En cette année 2020, la ville a bénéficié de canalisation d’un linéaire de plus de 10 km. Le problème des inondations est bien connu des autorités locales, du gouverneur de la région au maire de la ville en passant par le Directeur régional des infrastructures. C’est toujours le même scénario, la visite des autorités de la région, l’instruction au Directeur régional des Infrastructures de faire des études et des recommandations et la remise de devis qui vont de plus de 59 millions (en 2016) à plus de 113 millions (en 2019). «Nous avons écris au directeur régional des infrastructures et à la mairie avec ampliations au gouverneur et l’année passé c’est l’évêque lui même qui a écris aux différentes autorités et cela se solde toujours par des devis. Nous sommes déjà en juillet et si rien n’est fait il faut s’attendre à d’autre inondations cette année», a laissé entendre le Père Florent. C’est donc tout désemparé, que le centre lance encore son cri de cœur à qui de droit pour qu’une solution, la bonne, soit trouvée et dans les meilleurs délais. Une correspondance en date du 26 août 2019 a été adressée par Monseigneur Prosper Bonaventure KY, Evêque du diocèse de Dédougou, au Directeur régional des Infrastructures avec ampliations au Gouverneur de la région et au maire de la ville. Depuis lors, plus rien !

Le monastère du Carmel du Sacré Cœur a ouvert ses portes depuis 1985 et le Centre Alfred Diban depuis 1988. Ils participent au développement de la région à travers l’accueil, la formation humaine et religieuse. «Je crois que la région a connu de très fortes pluviométries avant et après les années 2000. Comment se fait-il que c’est seulement après la construction de la route que nos deux structures ont connu les premières inondations?», s’interroge un citoyen désemparé.

Arnaud Lassina LOUGUE

Grégoire le grand ZONGO

Fermer le menu
ut elit. Donec elit. accumsan dolor leo at efficitur.