Développement inclusif : «Citizens Power» s’engage pour les jeunes

L’Association des jeunes pour le développement durable au Burkina Faso (AJDD/BF) a lancé ce samedi 4 septembre 2021 le projet «Citizens Power» au siège de l’Union nationale des producteurs de coton au Burkina (UNPCB) à Bobo. Le lancement officiel dudit projet a été présidé par Issa Barro, conseiller technique représentant le gouverneur Antoine Atiou.

Atteindre la pleine participation des jeunes et des femmes dans la gouvernance est conforme à l’article 12 de la Constitution de juin 1991 du Burkina Faso. Il stipule que « tous les Burkinabè sans distinction aucune, ont le droit de participer à la gestion des affaires de l’Etat et de la société ». C’est ce qui justifie le présent projet au regard du contexte national qui démontre que les changements sont portés par les jeunes et les femmes pour une société harmonieuse en phase avec les préoccupations des citoyens. C’est sous le thème : « Leadership féminin- cohésion sociale- développement » que s’est tenu le lancement officiel du projet « Citizens Power » avec le soutien de l’ONG Diakonia. L’un des points justifiant ce projet est le fait que les jeunes doivent eux-mêmes être les acteurs de leur propre développement, en s’impliquant dans la gouvernance.

Les objectifs de « Citizens Power »

L’un des objectifs de ce projet est de contribuer à l’amélioration des politiques publiques et la vie des communautés par une gouvernance démocratique plus inclusive à l’horizon 2025. Ce projet contribuera à renforcer les capacités des jeunes en termes d’organisation,  mais aussi en termes d’outils de dialogue et de contribution effective au développement local face aux différents maux que la société vit. Il est aussi un plaidoyer à l’endroit des autorités locales pour la mise en place d’institution et de mécanisme pérenne de participation effective des jeunes au développement. Pour Cheick Fayçal Traoré, directeur exécutif de l’AJDD/BF, il ne s’agit pas seulement d’associer des jeunes lorsque cela semble indispensable. Mais «il s’agit tout simplement de mettre en place un dispositif structurel qui assure à la jeunesse une pleine participation aux côtés des autorités dans l’œuvre du développement du Burkina Faso », dit-il. Le projet est également une réponse à la lutte contre l’extrême violence dans laquelle le Burkina Faso est engagé. Selon le conseiller technique du gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Issa Barro, ce projet vient à point nommé. « Je suis convaincu que ce projet aidera notre région, les Hauts-Bassins et toute la population burkinabè dans sa marche vers le développement inclusif », à laisser entendre Issa Barro. A noter que grâce à l’appui de Diakonia, ce projet sera mis en œuvre dans 3 régions à savoir : La région du centre-ouest, la région du centre et la région des Hauts-Bassins.

Casimir Seyram KAVEGUE

Fermer le menu
massa ipsum mattis non dictum commodo Donec ipsum vulputate,