Dr Dieudonné Yétéma Yonli, directeur du CRTS Bobo : “A partir de juin, le besoin journalier peut passer à une centaine de poches de sang”

La Journée mondiale du donneur de sang est célébrée le 14 juin de chaque année. Cette manifestation est une manière de marquer un arrêt pour remercier les donneurs de sang volontaires, bénévoles. Pour le geste salvateur qu’ils font en donnant leur sang. Mais aussi de sensibiliser l’opinion à la nécessité du don de sang régulier pour assurer la qualité, la sécurité et la disponibilité de sang et produits sanguins pour les patients qui en ont besoin.

Le sang et les produits sanguins sûrs, qui permettent de réaliser des transfusions, constituent un aspect essentiel des soins et de la santé publique. Ils sauvent des millions de vies et améliorent la santé et la qualité de vie de nombreux patients au quotidien. Le besoin en sang est universel ; en revanche, l’accès au sang pour tous ceux qui en ont besoin ne l’est pas. Au Centre régional de transfusion sanguine (CRTS) de Bobo-Dioulasso, le besoin journalier de sang est reparti en fonction des périodes. De janvier à juin, ce centre a un besoin journalier qui tourne autour d’une soixantaine de poches pour le besoin transfusionnel des formations sanitaires de la ville.

Selon le Directeur du CRTS de Bobo-Dioulasso, Dr Dieudonné Yétéma Yonli, la période des casse-têtes intervient à partir de juin, parce qu’elle est caractérisée par le départ en vacance des élèves et étudiants qui sont les meilleurs donneurs. «Malheureusement, c’est pendant cette période que les besoins montent en pique à cause de l’installation de la saison pluvieuse. Pendant cette période on peut passer d’un besoin journalier de 80, voire une centaine de poches», a-t-il-déploré.

Les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des activités   

Et pour faire face à cette situation, plusieurs stratégies sont mises en œuvre pendant cette période de pénurie de sang. «Généralement dès le mois de mai, nous rentrons en contact avec tous les responsables religieux (communautés musulmane, catholique et protestante), pour pouvoir planifier des activités de collecte. Parce que, c’est dans les mosquées, les services et les églises que nous avons la possibilité d’organiser des collectes pendant cette période », a laissé entendre Dr Dieudonné Yétéma Yonli. A cela s’ajoutent les difficultés financières de l’institution, le manque de ressources humaines. Qu’à cela ne tienne, le peu de sang recueilli respecte les normes de collecte avant d’être transféré au Centre hospitalier universitaire Souro Sanou (CHUSS) pour la distribution aux malades et il est gratuit pour tous les patients.

Pour marquer une pierre blanche à cette journée, le CRTS organise une cérémonie d’hommage aux donneurs de sang. Suivie d’une remise d’attestation de reconnaissance et d’hommage aux meilleurs donneurs de Bobo-Dioulasso. En plus de cette activité, il est prévu une campagne de collecte de sang à partir de 7h30 pour permettre aux donneurs de s’imprégner des conditions de travail de cette institution. Aussi, le directeur du CRTS de Bobo-Dioulasso, invite les Bobolais à venir donner leur sang et à participer à la cérémonie d’hommage.

Casimir Seyram KAVEGUE

Fermer le menu
libero Praesent elit. elementum eget Lorem amet, porta. neque. luctus