Élections de novembre 2020 : La presse catholique prêche les valeurs d’apaisement

L’UCAP, (Union Catholique africaine de la presse) section Burkina organise un atelier de deux jours  qui a débuté lundi 18 août à Bobo-Dioulasso. Il se tient dans le contexte des élections présidentielles et législatives de novembre prochain. Une soixantaine de participants y prennent part dont des journalistes et acteurs politiques.

Des participants venus de différentes régions pour participer à l’atelier

L’objectif selon les organisateurs est de sensibiliser les professionnels des médias à contribuer à l’apaisement et à s’engager pour des élections saines et transparentes. Toutes les composantes de la société burkinabé sont impliquées dans l’enjeu de l’atelier. A l’image de la cérémonie d’ouverture qui a ratissé large en rassemblant des acteurs politico-sociaux de différents bords de même que des religieux aux côtés des journalistes. Aux côtés d’Alexandre Le Grand Rouamba, président de l’URCAP-B, des autorités régionales et municipales, pour la cérémonie d’ouverture. Mais aussi des journalistes expérimentés, des enseignants d’université spécialistes des questions inscrites à l’ordre du jour ont pris la parole aux cours des débats, en présence de Monseigneur Lucas Kalifa Sanou, Evêque de Banfora et Président de la Commission épiscopale des Communications sociale.

Celui-ci a clairement signifié dans son discours d’ouverture que «la recherche du pouvoir ne devrait pas faire oublier que la vraie bataille est celle du bien-être de tous les citoyens. » À l’égard des journalistes, il a eu des mots de sagesse professionnelle: « Au moment où nous nous approchons des échéances électorales à venir dans notre pays, vous, hommes et femmes des médias, avez le devoir, dans vos reportages et autres traitements de l’information, de ne pas céder à la tentation de rechercher le scoop et le sensationnel au détriment de la promotion de la paix et de la cohésion sociale. Votre idéal doit être l’unité dans la diversité. Ce besoin est encore plus urgent aujourd’hui, à une époque caractérisée par des conflits et des polarisations contre lesquels personne ne semble être immunisé. »

Sous le thème ” Présidentielle et législatives 2020 au Burkina Faso: quelle contribution des journalistes pour des élections apaisées”, l’atelier entre dans le cadre des rencontres annuelles de l’UCAP-Burkina. Les sous-thèmes développés au cours du panel sont présentés par des institutions organisatrices de scrutins tels la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et le Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Les acteurs politiques engagés dans la compétition que sont L’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) et le Chef de fil de l’opposition politique (CFOP).

Le Président de l’UCAP- B insiste sur l’aspect hautement décisif des années 2020-2021 à cause des élections présidentielle, législatives et municipales qui seront organisées au Burkina Faso dans un contexte sociopolitique et sécuritaire particulier. Estimant qu’il y’a menace sur le déroulement serein et pacifique des élections, et sur la cohésion sociale et la paix, il a interpellé les participants en ces termes: « Cette situation peut être exacerbée par le travail des journalistes et des médias si ces derniers se démarquent de l’éthique et de la déontologie de notre profession». D’où la nécessité de coupler la liberté d’expression avec un sens accru de la responsabilité sociale.

Sibri SANOU

Fermer le menu
ipsum mattis et, neque. libero. vel, Aenean