Examens scolaires session 2021/Boucle du Mouhoun : Dispositions particulières pour élèves déplacés internes

C’est parti pour les épreuves écrites des examens du BEPC et du CEP session 2021 dans la Boucle du Mouhoun. Les autorités de la région avec à leur tête le gouverneur ont procédé au lancement ce 22 juin 2021 au lycée municipal et à l’école Moundasso « A » de Dédougou.  A cette session, ils sont 28.095 candidats en lice pour le BEPC et 42.631 candidats pour le CEP.

Au total 28095 candidats sont en lice pour le Brevet d’études du premier cycle (BEPC) session 2021 dans la Boucle du Mouhoun. Soit environ 27400 candidats pour l’enseignement général et environ 580 candidats pour l’enseignement technique. Au lycée municipal ce 22 juin, le visage des candidats avant le début des épreuves affichait du stress chez certains. D’autres comme Landry Bationo disent être prêts pour affronter les épreuves. Quelques minutes d’attentes et les candidats reçoivent les encouragements des autorités.

« Des Jurys et centres délocalisés dans 3 provinces »

« Nous sommes venus pour vous encourager. Ne paniquez pas ; faites comme ce que vous avez l’habitude de faire, et bonne chance. Nous sommes venus également vous demander de respecter les consignes qui vous ont été édictées », a lancé le gouverneur à l’endroit des candidats.

Selon Denis Vimboué, directeur régional des enseignements post primaire et secondaire de la Boucle du Mouhoun, la session de 2021 se déroule dans un contexte de crise sécuritaire. Des dispositions ont été prises pour que les élèves déplacés internes puissent composer comme les autres élèves du pays. Des jurys ont été délocalisés à Kouka, Djibasso et Tougan.

Après le lancement des épreuves du BEPC, les autorités se sont ensuite rendues à l’école Moundasso « A ». Là aussi, les candidats ont reçu les encouragements de la première autorité régionale.

Hausse du nombre de candidats

Dans la Boucle du Mouhoun ,42631 candidats sont à l’assaut du Certificat d’études primaires (CEP) cette année. Avec une hausse d’environ 40.000 par rapport à 2020. « Cela s’explique par le fait qu’il y a eu beaucoup d’inscrits au CM2 par rapport à l’année dernière. L’année dernière, compte tenu de l’insécurité beaucoup de candidats n’ont pas pu composer», a confié Yénilé Kadinza, directeur régional de l’Education pré scolaire, primaire et non formelle de la Boucle du Mouhoun. En outre deux jurys et dix centres ont été délocalisés du fait de la situation sécuritaire dans la région tout comme au post primaire notamment dans les provinces de la Kossi, le Banwa et le Sourou. Et près de 2000 élèves sont déplacés de ce fait là.

Arnaud Lassina LOUGUE

Fermer le menu
ipsum ultricies elementum at venenatis elit. Curabitur mattis