Fait de chez nous : il « enlève » la femme de son collègue et devient malheureux

Adou est devenu méconnaissable. Son salaire mensuel est géré par son épouse, la femme de son collègue Babou, qu’il a « retirée ». Adou s’habille dans des haillons. Pendant ce temps, son collègue Babou qui a pu surmonter la situation, est aujourd’hui responsable de service dans une des régions.

Il y a de cela plus de 20 ans, Adou et Babou ont servi dans une école primaire publique à l’intérieur du pays. Sur les trois enseignants de cette école de trois classes, Babou était le seul qui vivait avec une femme. Adou et le directeur étaient tous deux célibataires. Si les deux derniers cuisinaient plusieurs plats, ils ne préparaient pas le tô.

C’est ainsi que l’épouse de Babou le faisait pour les trois qui mangeaient d’ailleurs ensemble. Elle faisait aussi le thé pour eux. Grâce au management du directeur, l’équipe de l’école était bien soudée. Pendant les congés du premier trimestre de l’année scolaire, le directeur a rejoint ses parents dans un pays voisin. Babou en a profité, pour régler une question administrative dans la capitale. Avant de s’y rendre, il a déposé son épouse dans sa belle famille dans un village non loin de leur localité de service. C’est d’ailleurs le village natal de la dame. Adou était le seul enseignant resté au poste.

Le 31 décembre, jour de la Saint Sylvestre, des jeunes du village décident de faire le show avec le maître du village. Pour la cuisine, Adou fait appel à l’épouse de Babou. Comme le téléphone portable n’était pas à la portée de tous à cette époque, pire, le réseau n’était pas disponible partout. Alors, l’épouse de Babou a donc quitté son village pour préparer le repas du réveillon aux invités d’Adou, collègue de son mari. La fête fut belle. Au petit matin, les jeunes ont libéré les lieux pour se rendre dans leurs champs maraîchers.

Adou et l’épouse de Babou sont restés seuls dans la maison. Et ce qui devait arriver, arriva. La dame n’est plus repartie, jusqu’à la reprise des classes.
Babou rentre de son voyage. Le directeur aussi. A peine arrivé à l’école, Babou enfourche sa moto, direction le village de sa femme. A sa grande surprise, on lui dit que la dernière a quitté depuis le 31 décembre sur invitation d’Adou et n’est toujours pas revenue. Babou retourne à l’école et ne dit rien, ni au directeur, ni à Adou. Aux heures de repas et le thé, Adou ne se joignait plus à ses collègues. Des élèves informent de façon anodine le directeur de la situation. Celui-ci somme Adou de laisser la femme à Babou. Il refuse. Babou lui-même rassure le directeur que son collègue ne va pas la laisser. Et c’est ce qui fut fait.

En fin d’année, Adou est affecté ailleurs. Babou a mis du temps avant de se remarier. Mais à l’heure où vous parcourez ces lignes, Babou est directeur régional. Adou quant à lui, il est « géré » par la même femme. Autrement dit, c’est elle qui donne à Adou la somme qu’elle veut sur le salaire de ce dernier à chaque fin de mois. Comme quoi, tout se paye sur terre.

Souro DAO/daosouro@yahoo.fr

Fermer le menu
neque. ipsum Donec Lorem Praesent velit, leo. sit felis commodo