Fait de chez nous : La viande qui divise deux villages

Tilé et Kalo sont deux villages voisins liés par l’histoire et la géographie. Les habitants de ces localités vivent en parfaite communion. Les joies et les peines de part et d’autre, sont célébrées solidairement, gage de bon vivre-ensemble pour le bonheur des populations. Il ne se passe une semaine sans que les deux chefs de village ne se rendent visite ou avoir les nouvelles l’un de l’autre.

Tout se passe normalement depuis la nuit des temps entre ces deux villages. Le malheur de Tilé est le malheur de Kalo, mais est-ce pour autant le bonheur du premier est celui du deuxième et vice-versa ? Certainement pas oui ! Comme par miracle, un gisement minéral est découvert dans le village Kalo où plusieurs personnes convergent, allogènes comme autochtones.

L’argent, le nerf de la guerre, dit-on. Celui-là même qui unit mais aussi désunit. Cette situation donne une autre allure de vie dans le village où s’installent, l’arrogance, l’irrespect, et tout ce qui est nocif pour le vivre-ensemble. Dieu merci que le chef du village est resté stoïque pour ne pas brader les valeurs ancestrales qu’il a héritées. Une partie de la jeunesse n’est plus maîtrisable et n’écoute point les conseils de grandes personnes.

Au cours d’une des multiples cérémonies villageoises orchestrées par les sages de Kalo, un bœuf est abattu pour servir d’offrandes afin de renforcer la piété des pactes pour la paix au sein de la population. Comme à l’accoutumée, un jeune est chargé de remettre la part de viande au chef de Tilé, village voisin pour raffermir les liens de fraternité. Le hic est que le choix de ce jeune est une mauvaise affaire qui va chambouler les relations de ces deux villages. Et comment ?

L’envoyé s’est plus ou moins comporté de façon extravagante chez le chef du village et ce dernier n’a pas supporté cet acte. Puisqu’il s’introduit dans la véranda sans se déchausser et n’a même pas voulu s’asseoir avant de transmettre la commission. Malheureusement, ce jour, le chef a reçu une délégation d’un autre village venue en concertation. En présence de ses hôtes, il a plaisanté avec l’émissaire de son homologue de Kalo en ces termes : «Vous avez tué un bœuf et c’est un petit morceau de viande que vous m’apportez au lieu de gigot ?» Comme si le jeune avait préparé sa réponse, il réplique immédiatement avec arrogance : « N’est-ce pas que tu as des bœufs attachés un peu partout dans ta cour ? Si tu veux être rassasié de viande, il faut abattre un et tu auras suffisamment de viande». Avant de balancer le morceau de viande sur une table juste à côté et sans demander la route il rebrousse chemin. On pouvait entendre voler une mouche à cause du silence qui a régné après ses propos.

C’est pourquoi selon Jérôme Ferrari : «Il faut osciller entre humilité et arrogance. Si vous tombez d’un côté, vous devenez soit inefficace soit dangereux».

«Je ne m’en prends pas à ce jeune. C’est son chef qui l’a envoyé me dire tout ce qu’il vient de relater. Mais ce morceau de viande ira le trouver dans son village», réaction du chef de Kalo. Un enfant de sa cour est aussitôt chargé de retourner la commission au chef du village de Tilé. Depuis ce jour, une brouille s’est instaurée dans les relations de ces deux villages qui vivaient sans ambages autrefois. Malgré que des émissaires soient venus présenter les excuses de son homologue, les jeunes de son village jurent de venger leur chef d’une manière ou d’une autre.

Siaka SANON

Fermer le menu
efficitur. dapibus leo. facilisis commodo Nullam nec