Fait de chez nous : « Pascal, je suis morte… »

Nombre de personnes commettent l’adultère sans raison aucune. Cette histoire de mari trompé est bien illustrative parmi tant d’autres.

Grégoire est chauffeur dans une entreprise de la place et effectue régulièrement des déplacements avec son patron. Ce jour-là, il doit aller en mission et informe son épouse la veille du voyage qui va durer 72 heures. Le matin sa femme le dépose à son service et retourne avec la moto à la maison. Elle fait escale dans l’atelier de Toussaint, son amant pour l’informer du voyage de son mari. Le patron de Grégoire reporte le voyage à la semaine suivante parce qu’il a une autre urgence à évacuer sur un chantier à quelques kilomètres de son lieu de travail.

C’est plus tard que Grégoire est mis au courant de l’annulation du voyage. De ce chantier, il tente de rappeler son épouse pour l’informer que le voyage n’a pas eu lieu et qu’elle doit venir le chercher à la descente. Il était environ 19 heures. En ce moment, Viviane, l’épouse de Grégoire a mis son téléphone en charge sans l’éteindre mais sous silencieux. Elle dit à leurs deux enfants qu’elle va rendre visite à une camarade dans le quartier. Elle sort à pieds pour faire croire aux enfants que c’est à côté qu’elle va. Juste à la porte, Viviane arrête un taxi et rejoint Pascal son amant qui n’a pas de moyen de déplacement.

Les deux amoureux changent de quartier pour une partie de plaisir dans une maison de passe. Grégoire qui n’arrive pas à joindre sa femme, décide d’emprunter un taxi pour rentrer chez lui. Dans ce taxi, se trouve déjà un passager qui doit se rendre malheureusement dans le quartier où sont allés les deux amoureux. Grégoire ne trouve pas d’inconvénients et monte dans le taxi qui est allé descendre le premier passager. Au retour, Grégoire est installé à côté du chauffeur et de loin, il aperçoit sa femme avec un homme devant un hôtel en train de stopper le taxi. A leur niveau, le taxi s’arrête et le monsieur s’approche pour dire leur destination. Le conducteur ordonne de monter et le monsieur se retourne pour dire « bébé, vient il va nous déposer ». Jusque-là, la femme n’a pas reconnu son mari et son amant non plus ne connaît pas le mari de « son bébé ». Une fois installés dans le taxi, le conducteur démarre et le mari de Viviane se retourne sereinement pour leur dire bonsoir.

Seul le monsieur a répondu. Imaginez la suite et la réaction de Viviane ! De temps à autre, Pascal tente de taquiner « son bébé » qui a subitement changé de comportement que son amant ne comprend pas. Le chauffeur continue jusqu’à la destination de Grégoire qui en principe est aussi la destination de Viviane, mais attention… ! Il descend et tend un billet de deux mille francs au taximan qui dit « ah patron ! il y aura un problème de monnaie hein !». Maitrisant toujours son calme, Grégoire dit : « dans ce cas, il faut enlever le transport des deux passagers, c’est moi qui paye ». Le taximan lui remet sa monnaie et il souhaite bonne nuit aux occupants du taxi sans dire mot et rentre chez lui, comme si de rien n’était.

Quand le taxi a continué, Viviane avec de grosses larmes pousse un cri en disant : « Pascal, je suis morte ; tu sais que c’est mon mari qui vient de descendre du taxi ? C’est fini pour moi aujourd’hui ». Pascal qui ne connaissait pas le mari de Viviane vient de se rendre à l’évidence que l’heure est grave. C’est pourquoi, selon un sage, « à force de vouloir tout avoir, tu finiras par perdre tout ce que tu as ». La suite de l’histoire pour la semaine prochaine.

Siaka SANON

Fermer le menu
sem, suscipit Sed velit, ut risus. dolor. sit