Fonds d’appui à la presse privée : Les bénéficiaires peuvent passer à la caisse

La remise symbolique de chèques aux bénéficiaires de la subvention de l’Etat à la presse privée exercice 2021, a eu lieu le 30 juillet 2021 à Ouagadougou lors d’une cérémonie présidée par le Secrétaire général du ministère de la Communication et des Relations avec le parlement, Abou-Bakr Zida. Elle marquait également le début de la remise officielle de ces chèques.

Selon le directeur général du Fonds d’appui à la presse privée (FAPP), Ag Ibrahim Mohamed, à la clôture des dépôts des dossiers des candidatures, 115 dossiers ont été réceptionnés contre 131 pour l’exercice 2020. A l’issue des travaux de la commission de répartition de la subvention, 106 entreprises ont été retenues contre 09 entreprises rejetées.

Ces entreprises ont été rejetées selon le Secrétaire général du ministère de la Communication et des Relations avec le parlement, Abou-Bakr Zida, pour non-respect des critères d’éligibilité, notamment l’absence de liste nominative certifiée par la CNSS, le nombre de parution non atteint, l’absence de l’attestation de parution régulière délivrée par le CSC. Pour cette année, 400 millions de FCFA ont été répartis comme suit, 236 millions 788 mille 441 FCFA pour la presse audiovisuelle, 62 millions 968 mille 473 F.CFA pour la presse écrite en langue française, 5 millions 772 mille 463 F.CFA pour la presse écrite en langues nationales et 74 millions 470 mille 623 FCFA pour la presse en ligne.

Des retenues ont été opérées pour le fonctionnement de la commission de répartition de la subvention, (4 millions de FCFA), de l’Observatoire burkinabè des medias (OBM) (8 millions de FCFA) et de l’Association des éditeurs et publicateurs de journaux en langes nationales (AEPJLN) (8 millions de FCFA). Ces prélèvements selon le directeur du FAPP, sont subordonnés à la présentation d’un programme d’activité validé par la commission. Cette cérémonie de remise symbolique des chèques a été l’occasion pour lui d’exhorter l’ensemble des bénéficiaires à œuvrer pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes employés dans leurs rédactions, afin que ceux-ci puissent apporter aux citoyens des informations crédibles et pertinentes.

En rappel, le FAPP a été dans l’optique de consolider et de structurer l’appui de l’Etat au développement de la presse privée, pour lui assurer des conditions de travail favorables à l’accomplissement de leur mission. D’un montant de 50 millions au départ en 1997, la subvention a évolué vers une forme structurante pour atteindre 400 millions de FCFA en 2021. Selon Ag Ibrahim Mohamed, pour la mise en œuvre de la subvention durant ces 5 dernières années, l’Etat a consenti au profit de ces entreprises un montant cumulé de 2 milliards de FCFA au profit de 509 entreprises.

Aïcha TRAORE

Fermer le menu
justo venenatis, sit luctus tristique Lorem