Bobo/lycée de Dô : «En cas de pluie, l’accès à l’école est quasiment impossible», Oumar Ouattara, proviseur du lycée de Dô

Le lycée de Do situé au secteur 23 dans l’arrondissement 2 de la commune de Bobo-Dioulasso est un établissement public d’enseignement général. Quelques jours après la rentrée scolaire 2021-2022, nous nous sommes rendus sur les lieux pour nous imprégner des conditions de travail et d’apprentissage des élevés. Constat !

Crée en 2007 sous le mon CEG de Do (Collège d’enseignement générale de Do) l’actuel lycée de Do est sous la tutelle de l’arrondissement 2, voire la commune de Bobo-Dioulasso. Ce n’est qu’en 2013 qu’il sera érigé en lycée.

A notre arrivée nous sommes accueillis par le proviseur Oumar Ouattara dit Ouinténi pour qui les problèmes au niveau de son établissement sont nombreux et perdurent depuis la création du lycée. Du bureau du proviseur, en passant par le censorat, la vie scolaire où nous avons rencontrés les conseillères d’éducation, les problèmes relevés sont les mêmes. « Nous souffrons du manque d’infrastructure d’accueil. Au vu de notre situation géographique, la demande de places est forte et nous avons de la peine à la satisfaire. Au-delà de ça, nous avons les deux ravins qui nous fatiguent énormément. En cas de pluie, l’accès à l’école est quasiment impossible. Même présentement, je suis obligé de traverser le ravin souvent pour avoir accès à mon bureau», nous a confié le proviseur Oumar Ouattara dit Ouinténi.

Les problèmes du lycée de Do sont divers

Autre les effectifs pléthoriques surtout dans les classe du premier cycle et les ravins qui traversent la cour de l’école, l’établissement ne dispose pas de terrain de sport conventionnel, ni de parking, sans oublier le vieillissement des manuels scolaires. « Pour le sport, les élèves sont obligés d’aller sur un autre site que nous avons négocié avec le CSPS de Colma II. Notre terrain de sport ne répond à aucune norme. Le site qui abritait notre parking a été dévasté par les eaux de ruissellement et présentement nous sommes sans parking. Le manque de clôture de l’école expose les enfants à beaucoup de risques, comme les piqures de reptiles, car nous sommes entourés par des touffes d’herbes… », déplore le proviseur.

Le lycée tient aussi grâce à l’apport de l’APE 

L’Association des parents d’élèves (APE) du lycée de Do joue un grand rôle pour le maintien et le fonctionnement de l’établissement. Selon son secrétaire général, Ismaël Sanou, le budget de l’APE est minime, mais elle fait ce qu’elle peut pour satisfaire les besoins de l’établissement. « En fonction de nos moyens, nous avons construit une salle de classe et fait un pont sur les ravins. Malheureusement avec les premières pluies, l’eau a détruit nos ponts. Nous avons changé le circuit électrique qui était souterrain en circuit aérien. Nous sommes à la recherche de partenariat pour financer les actions de développement en faveur du lycée», a laissé entendre Ismaël Sanou secrétaire général de l’APE du lycée de Do.

Avec toutes ses difficultés, le lycée de Do est parmi les meilleurs en matière de résultats dans la province du Houet. Lors des examens de fin d’année 2021, pour le baccalauréat série A, le lycée a enregistré 92, 65% et 52,52 % pour la série D. Au BEPC le lycée enregistre environ 32% de taux de réussite.

Aymeric KANI

Nadège OUEDRAOGO/ Stagiaire

Fermer le menu
elementum Nullam facilisis libero adipiscing commodo ipsum Donec