Insalubrité aux alentours du marché de fruits de Bobo-Dioulasso : vendeuses et riverains cherchent bacs à ordures

Les alentours du marché de fruits de Bobo-Dioulasso, situé au secteur 09 de la ville, est en proie à l’insalubrité. Les entrées Est précisément sont en passe de devenir des dépotoirs. Le constat a été fait par une équipe de L’Express du Faso, le 15 avril 2021.

Arrivé par l’une des entrées Est du marché de fruits de Bobo-Dioulasso, on a été tout de suite accueilli par une odeur nauséabonde, une odeur de mélange de mangues, de tomates, de choux entres autres, en décomposition. Cette odeur provenait du tas d’ordures qu’on apercevait juste à un jet de pierre de ladite entrée. Si pour nous ce tas d’ordures représentait une pollution visuelle et dégageait une odeur désagréable, des animaux, eux, y trouvaient leur plaisir.

A entendre Djata Dossama, vendeuse de tomates audit marché, ce n’est pas de gaité de cœur qu’elle est installée en

Djata Dossama, vendeuse dans le marché de fruits et légumes

ce lieu pour mener son activité. Cela ne plait à personne de cohabiter avec des ordures, surtout à cause des odeurs qu’elles dégagent, s’est-elle justifiée.  Selon elle, la responsabilité incombe à tous les acteurs présents dans ce marché, parce qu’à la limite, tous y déversent leurs produits invendus, en décomposition. Elle va plus loin en affirmant que certains habitant riverains du marché, profitent de la tombé de la nuit pour déverser leurs ordures ménagères devant le marché. D’autres viendraient s’y soulager même, a-t-elle ajouté. Une affirmation, également soutenue par Salif Ouermé, qu’on a croisé à quelques pas du marché de fruits, accompagné de quelques-uns de ses amis.

Aissata Sanon, vendeuse de choux et de tomates, trouve aussi contraignant la présence de ces ordures aux alentours du marché de fruits. Bon nombre de clients se plaignent de l’odeur qu’elles dégagent, a-t-elle confié. Même son de cloche pour Batôma Sidibé, vendeuse de mangues au marché de fruits. Tout comme elle, les vendeuses et riverains dudit marché qu’on a approchés, ont plaidé pour que la commune revienne déposer les bacs à ordures qui étaient aux entrées du marché et que l’enlèvement des déchets soit quotidien.

En effet, ils soutiennent que des bacs à ordures étaient placés à différentes entrées du marché. En ce moment, l’enlèvement des ordures était plus facile. Actuellement, par manque de bacs à ordures, les déchets débordent parfois jusqu’à la porte du marché, ou au bord de la voie, comme l’ont indiqué Djata Dossama et Salif Ouermé.

Ces derniers ont tout de même reconnu l’effort que la commune consent pour l’enlèvement de ces ordures, bien qu’il soit à intervalle irrégulier.

Concernant le dépôt des bacs et l’enlèvement des ordures, Ousséni Drabo, chef de service du nettoiement, de la collecte, du tri des déchets solides et du curage des ouvrages hydrauliques, SNCTC, a réagi. Il a reconnu que les affirmations des vendeuses au marché de fruits sont une réalité. Il n’y a qu’un seul camion disponible pour l’enlèvement des ordures dans toute la ville de Bobo, a-t-il dit. Les bacs à ordures qui étaient sur les lieux, sont quant à eux sont hors d’usage, raison pour laquelle ils ne sont plus aux différentes entrées du marché de fruits.

Les vendeuses et riverains plaident pour un dépôt de bacs à ordures

Les ordures sont donc actuellement déversées à terre et un camion passe souvent les ramasser. Mais à en croire les propos d’Ousseni Drabo, la commune mettra les moyens en place pour pallier ce problème.

Abdoul Etienne Sanon

Fermer le menu
leo. leo amet, Donec massa diam