Insécurité à l’Est : « Revoir le maillage sécuritaire de la région »

Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré a reçu en audience le 18 février 2021, le  Secrétaire permanent du Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse  (CN-CMAPR), Dieudonné Ouattara. Objectif présenter le résultat de l’étude commanditée  par la Primature sur les défis sécuritaires dans la région de l’Est.

Le Secrétaire permanent du CN-CMAPR remettant le rapport au Premier ministre

 

« Nous sommes venus présenter le résultat d’une étude qui a été commanditée  par le Premier ministre sur les défis sécuritaires dans la région de l’Est. Nous sommes venus lui remettre le rapport qui contient les recommandations suite à ce que nous avons constaté sur le terrain », confie Dieudonné Ouattara à sa sortie d’audience. L’étude  a  été menée suite au constat de la dégradation de la situation sécuritaire dans la région. « Depuis 2018 le terrorisme c’est installé dans la région de l’Est. Le CN-CMAPR a mené cette étude de manière inclusive et participative. Nous avons envoyé une équipe sur le terrain pour mener des enquêtes, sans nous entretenir avec les acteurs sur le terrain, les autorités au niveau locales. Après Analyse dans nos services, nous sommes repartis faire la restitution de l’étude et le rapport provisoire a été validé par les acteurs au niveau local. Nous somme venus présenter nos recommandations pour pouvoir accompagner les autres structures qui conçurent à cette lutte enfin de ramener la sérénité dans la région de l’Est », a t-il indiqué. Avant d’ajouter : « Nous  avons  mis en exergue les facteurs de vulnérabilité de la région. Nous avons pu également identifié les déterminants de la montée de l’insécurité dans la région. Nous avons  aussi mis en exergue les  difficultés des acteurs sur le terrain. Nous sommes allés à analyser  les difficultés au niveau du développement de la région. Et c’est suite à tout cela que nous avons pu faire les recommandations ». Le CN-CMAPR recommande de revoir le maillage sécuritaire du la région notamment en dotant les Forces de défense et de sécurité (FDS) en davantage de moyens roulants. Les recommandations sont faites dans le sens de l’installation des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) dans chaque village.  Certaines concernent la participation communautaire et le respect des droits humains dans cette lutte. D’autres portent sur l’enclavement de la région.

Odom YANOGO

Fermer le menu
amet, ipsum mattis quis fringilla ut id suscipit ut nec