Port de la tenue scolaire en Faso Dan Fani : Les modalités de mise en œuvre expliquées à Bobo

Le ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales(MENAPLN) a organisé, ce mercredi 30 août 2023 à Bobo-Dioulasso, une rencontre d’échanges sur le port de la tenue scolaire en Faso dan Fani. Les concertations ont eu lieu à l’amphithéâtre de l’ex- ENEP.

Les réflexions sur le port de la tenue scolaire en Faso Dan Fani ont officiellement commencé en décembre 2022. Mais c’est le mercredi 9 août 2023, en Conseil des ministres, que le gouvernement a adopté un décret portant institution de la mesure. Cette mesure s’inscrit dans la vision du gouvernement burkinabè d’encourager la production, la transformation et la consommation locale.

Sa mise en œuvre, selon Mamadou Diarra, Conseiller technique représentant le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, répond à l’esprit du changement amorcé par le Burkina Faso. Il a aussi indiqué que la mesure « se fera de manière progressive, flexible et non contraignante sur une période de quatre années scolaires ». Ainsi, la phase pilote débutera à la rentrée scolaire 2023-2024 avec les élèves du post-primaire et du secondaire du public et du privé des villes de Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouagadougou et Sabou.

La rencontre de Bobo-Dioulasso a pour but d’informer et de sensibiliser les différents acteurs impliqués sur les modalités de mise en œuvre de la mesure. «Nous sommes venus leur donner l‘information juste pour que la mise en œuvre suive et que la mesure aboutisse à la généralisation du port de la tenue scolaire en Faso Dan Fani », a en outre déclaré le représentant du ministre.

Cette rencontre a été également l’occasion pour la mission du MENAPLN de recueillir les avis et suggestions des acteurs sur le terrain. A l’issue de l’exposé sur le port du Faso Dan Fani les participants, en majorité des chefs d’établissements publics et privés, des promoteurs d’établissements, des enseignants, des parents d’élèves, des délégués d’élèves et des artisans, ont égrené un chapelet de préoccupations relatives au coût et à la qualité du tissu. Sur ces questions, Mamadou Diarra assure que le coût des pagnes a été longuement discutés avec tous les acteurs impliqués dans la confection, notamment la chambre des métiers et la FILSAH qui détient le monopole du fil. «Nous avons été butés à cette question du coût surtout que le pays est dans un contexte difficile. C’est pour cette raison que le gouvernement a adopté le caractère flexible et non contraignant de la mise en œuvre», a-t-il souligné.

Toutefois, il a fait savoir que tous les acteurs vont travailler de concert à l’effet de proposer une bonne qualité de pagne et d’amoindrir son coût sur le terrain. «Au fur et à mesure, on fera le bilan de la mise en œuvre de la mesure pour prendre en compte toutes les imperfections», argue Monsieur Diarra. Les acteurs sont donc invités à faciliter la mise en œuvre de la mesure et à servir de relais pour sa réussite. A cette étape, le port du Faso Dan Fani est institué tous les lundis, jour de montée des couleurs et le choix des motifs et des couleurs laissé aux chefs d’établissements.

Ousmane TRAORE

Fermer le menu
elit. leo. ipsum dictum libero consectetur nunc