Investiture américaine : Il était une fois Trump contre Biden

Le visage fermé, flanqué de sa femme Mélania, le plus bouillonnant président des Etats-Unis des décennies récentes a quitté la maison blanche hier mercredi. Marine One, l’hélicoptère présidentiel le déposera quelques minutes plus tard vers une dernière escale où l’Air Force One, avion présidentiel, le conduira dans son domaine privé de Floride. Il aura pris le temps de s’adresser brièvement à l’équipe entrante à la maison blanche pour lui souhaiter bonne chance. Puis à tous ses collaborateurs de ces quatre années qui se terminent pour lui, par une défaite électorale dont il n’aura jamais accepté le verdict. Le débat qui l’opposa à Joe Biden a été houleux ! ”Tu vas la fermer!?” lui avait lancé ce dernier. Les répliques de Trump n’en furent pas moins musclées durant ce débat qualifié de bas par les observateurs. La suite est connue, jusqu’à ce jour historique qui le voit partir pour laisser la place au gagnant Joe Biden. Donald Tump refuse de participer à l’investiture de son successeur, le 46ème locataire de la maison blanche. Jamais dans l’histoire de la présidence américaine on avait vu cela. L’homme qui vient de déposer ses valises à la maison blanche aura gagné contre un adversaire de poids qui le qualifie pour sa part du pire candidat qui soit. Nous sommes en plein dans la haute politique en fin de mandat. ”Donald Trump snobe royalement son adversaire”. La suite du jeu appartient désormais à Joe Biden, car on ne sait pas encore si Trump reviendra dans quatre ans ! Si la justice lui en donne bien sûr le loisir, car les intentions de poursuites judiciaires ne manquent pas contre lui au lendemain de la levée de son immunité présidentielle. Sera-t-il le Sarkozy américain ? Nul ne sait, car comparaison n’est pas raison, même en politique.

Sibiri SANOU

Fermer le menu
amet, quis Curabitur justo id efficitur. adipiscing nunc dapibus mattis